"Momies, les Chemins de l’Eternité", une exposition pour aussi penser la place des défunts dans notre société

Symboles de la vie éternelle, les momies fascinent le public et la science. Une exposition à ne pas manquer leur est actuellement consacrée à Draguignan (Var), où de très nombreuses pièces inédites sont présentées pour la première fois. Un voyage passionnant sur les chemins de l'éternité pour cette exposition vue en avant-première par Sciences et Avenir !

Pour les "Chemins de l’Eternité", il faudra se rendre à Draguignan, dans le Var ! Du 10 juin au 25 septembre 2022, une exposition rassemblant plus de 300 objets dont des momies égyptiennes, andines, africaines, asiatiques et européennes, ouvre en effet ses portes dans l’Hôtel Départemental des Expositions du Var (HDE Var), l’élégant nouveau lieu patrimonial de la cité dracénoise.

Cartonnage polychrome d'une momie d'époque ptolémaïque (IVe siècle av.J.C). Crédits: Musée des Confluences/HDEVar/Bernadette Arnaud Sciences et Avenir

Après "Ulysse, voyages dans une Méditerranée de légendes", en 2021, c’est à , directeur depuis 2018 du département de la Recherche et l’Enseignement du musée parisien du Quai Branly-Jacques Chirac, que les clés de l’empire des momies et leur univers fascinant ont été confiées. Celui-ci a choisi de présenter sur trois niveaux, "dans un cadre strictement déontologique, un rassemblement exceptionnel de momies humaines et animales de divers continents, autant que des reliques de personnages historiques".

Fardo (paquet funéraire) provenant du Pérou (1150-1450 ap.JC). Enveloppé de plusieurs épaisseurs de textiles, le personnage naturellement momifié est accompagné de différents attributs (bourses, instrument de musique, plumes etc.). Crédits: Musée du Quai Branly/Dist.RMN-Grand Palais/Patrick Gries/Bruno Descoings.

L'étude des "corps morts"

Commissaire de l’exposition "Momies, les chemins de l’éternité", l’archéo-anthropologue a souhaité évoquer ainsi l’universalité de ces pratiques funéraires, par le biais également de nombreux objets associés aux techniques de momification. L’ensemble a été prêté pour l’occasion par de grands musées tels que le Louvre (Paris), le musée des Confluences (Lyon), la bibliothèque nationale de France (Paris), le musée du quai Branly-Jacques Chirac (Paris) ou encore des laboratoires ou des collectionneurs privés.

Car pour paraphraser le titre du célèbre film de Patrice Chéreau (1998), "Ceux qui aiment les momies pren[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles