Une momie d'enfant du XVIIe siècle révèle qu’il n’a jamais été exposé au Soleil au cours de sa vie

La crypte qui se situe dans le village de Hellmonsödt abrite des corps de la famille Starhemberg, l’une des plus anciennes familles aristocratiques d’Autriche. Ces derniers ont été soigneusement inhumés à cet endroit à partir du XVe siècle. Tous les défunts sont identifiés par leurs noms sauf un petit enfant inhumé dans la crypte. Cet enfant, momifié naturellement, n'est associé à aucun nom ni prénom. Les chercheurs, après avoir été autorisés par le Diocèse local à pratiquer une étude, ont souhaité en savoir plus sur lui.

Des études non invasives

L’enfant a été inhumé habillé d’un manteau de soie de grande qualité attestant de sa naissance dans une famille au statut social élevé. Aucune trace d’incision ou de manipulation n’a été repérée sur la peau momifiée de l’enfant prouvant qu'il n'y a pas eu d'acte de momification volontaire. Grâce à un CT scan, il a été possible d’en apprendre davantage sur la dépouille sans pour autant l’endommager. Un minuscule échantillon de tissu mou a été prélevé pour en définir la composition et le résultat est sans appel : l'enfant avait une forte masse de tissus adipeux autrement dit de graisse. Quant à son squelette vu grâce aux images non invasives, il révèle pourtant qu'il était rachitique. Comment expliquer ce rachitisme alors que l'enfant semblait bien nourri ?

Déformation des os du crâne visible à l'imagerie non invasive. © Revue Frontiers
Déformation des os du crâne visible à l'imagerie non invasive. © Revue Frontiers

Qui est cet enfant et quelle était sa vie ?

Comme l'indique l'équipe de recherche, il est difficile de comprendre la vie des enfants en bas âge de ces époques, puisque le nombre de petits corps à disposition de la recherche n'est pas assez important pour mener des études approfondies. Cette momie est un cas exceptionnel pour tenter d'en savoir plus. La seconde étape de cette recherche a été menée du côté des archives afin de déterminer l'éventuelle identité de l'enfant. En comparant le résultat de datation Carbone 14 et les registres paroissiaux, l'équipe a repéré quelques noms d'enfants...

> Lire la suite sur Futura