Les moments forts du débat entre Jean-Luc Mélenchon et Éric Zemmour sur BFMTV

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·8 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Jean-Luc Mélenchon et Éric Zemmour se sont affrontés ce jeudi soir sur BFMTV-RMC. Lors de ce débat télévisé, les deux hommes politiques ont échangé leurs visions de la France en vue de la présidentielle de 2022, même si le polémiste n'est pour l'heure pas candidat, contrairement au chef de la France insoumise.

À sept mois de l'élection présidentielle, Jean-Luc Mélenchon et Éric Zemmour, deux tribuns à l'opposé du spectre politique, se sont affrontés ce jeudi soir sur BFMTV-RMC. Le leader de la France insoumise, candidat déclaré, a fait face au polémiste, qui n'a pas encore officialisé ses intentions pour 2022. 

Lors de ce débat télévisé d'un peu plus de deux heures, les deux hommes politiques ont largement débattu de la question de l'immigration, de la sécurité mais aussi de l'islam. Jean-Luc Mélenchon a reproché à Éric Zemmour sa "vision rabougrie de la France", le qualifiant de "danger" pour le pays. Le polémiste d'extrême droite, lui, a annoncé la couleur dès l'introduction, en souhaitant que "s'entrechoquent les idées, même choquantes". Voici les principaux temps forts de cet échange.

· Mélenchon qualifie Zemmour de "danger" pour la France

Les deux hommes ont d'abord été interrogés sur les raisons pour lesquelles ils ont accepté de débattre l'un contre l'autre. "J'avais réclamé ce débat avec Jean-Luc Mélenchon", a reconnu Éric Zemmour car "nous sommes des gens qui aimons l'Histoire, qui la connaissont", a commencé Éric Zemmour sur le plateau de BFMTV.

"À sept mois d'une élection, les occasions de convaincre doivent toutes être saisies", a de son côté expliqué Jean-Luc Mélenchon, déplorant qu'Éric Zemmour soit devenu "le mentor de toute la droite et de la droite extrême". "Il faudrait rester inerte et regardez ça?", s'est indigné le candidat LFI, accusant son adversaire d'être "un danger à (ses) yeux, un danger pour notre pays".

"Vous avez une vision rabougrie de la France, vous êtes un raciste et vous avez été condamné pour ça!", lui a lancé le leader de la France insoumise, lui reprochant également de "professer une vision extrêmement curieuse et violente de la virilité".

"Je le considère dangereux! (...) je l'ai vu se radicaliser", a-t-il martelé, alors que le pays est selon lui confronté à "des problèmes d'une immensité sans précédent". Pour Jean-Luc Mélenchon, Eric Zemmour "joue le rôle historique de la diversion, nous parle de fantasmes" au lieu de parler "des problèmes sans précédents" du climat ou de la grande pauvreté, a estimé le chef de file de LFI.

"Vous estimez que je contamine le débat public or depuis deux siècles dans votre camp on ne débat pas, on décapite", lui a rétorqué Éric Zemmour.

· "Le 'Zemmouristan'" contre "les banlieues islamisées"

Lors d'un échange tendu, Jean-Luc Mélenchon a reproché à Éric Zemmour un programme politique aux valeurs réactionnaires. "Le Zemmouristan, ça existe!", a tonné le chef de la France insoumise. "Un pays où les femmes sont rabaissées, où il y a la peine de mort qui vous plaît, un pays où les homosexuels sont punis et un pays où on adhère pas aux conventions internationales, ça s'appelle l'Arabie Saoudite! Leur programme, c'est ce que vous racontez!", a encore dénoncé Mélenchon. "Vous êtes obsédé par une idée de la France. (...) La France ce n'est pas ce que vous dites!".

"Ce que vous venez de décrire, c'est exactement les banlieues islamisées où les femmes se font cracher dessus quand elles sont en jupe!", a répondu le polémiste, ancien chroniqueur de Cnews, sans oublier de lancer une pique à l'encontre du député des Bouches-du-Rhône: "Dans votre ville de Marseille c'est la peine de mort tous les jours, monsieur Mélenchon".

Avant de poursuivre: "M. Mélenchon, vous êtes le produit de mon idée de la France! Votre grand-père a donné des prénoms français à ses enfants et petits-enfants... Vous êtes le produit de l'assimilation à la française, mais vous le reniez!"

· Zemmour juge que "la délinquance est un jihad", Mélenchon s'en prend aux "racistes" dans la police

Les deux hommes politiques ont ensuite débattu sur le thème de la sécurité et de la police en France. Le polémiste Éric Zemmour a considéré, sur le plateau de BFMTV, que le pays était "en guerre civile". "Comment vous appelez un pays où la tête d'un professeur roule au sol?", a demandé Éric Zemmour, faisant référence à l'assassinat de l'enseignant Samuel Paty en octobre 2020. "Moi j'appelle ça un pays en guerre civile", a-t-il poursuivi, défendant encore l'expulsion des étrangers en prison, ou encore la déchéance de nationalité des binationaux. 

"La délinquance, c'est un jihad", a-t-il poursuivi. "C'est une guerre qui nous est menée, une guerre de civilisation, une guerre de pillages, une guerre de vols, une guerre de viols et une guerre de meurtres". Des propos qui ont fait réagir Jean-Luc Mélenchon, qui lui a demandé: "Vous n'avez pas honte?". "Non, pas honte du tout", lui a répondu d'emblée Éric Zemmour, qui a défendu que "le quotidien des policiers" était fait "d'agressions quotidiennes: "on leur tend des guets-apens, on leur jette des cocktails molotov", a-t-il décrit.

De son côté, Jean-Luc Mélenchon s'est fait le "partisan d'une police de proximité", "mieux formée". "Je ne veux plus des Flash Ball, des grenades (...) parce que 32 personnes éborgnées, ce n'est pas 32 bavures, ce sont des actes délibérés", a dénoncé l'insoumis. Face à son adversaire, il s'est encore défendu d'avoir dit que la police française était raciste. "Je n'ai jamais dit que la police était raciste, mais oui il y a des racistes dans la police et leur présence est insupportable!", a-t-il vivement rétorqué.  

· "Le Zemmouristan" contre "les banlieues islamisées"

Quelques minutes plus tard, le polémiste a ensuite dénoncé "l'insécurité dans les villes de France" et ce qu'il qualifie de "banlieues islamisées", sans oublier de lancer une pique à l'encontre du député des Bouches-du-Rhône. "Dans votre ville de Marseille c'est la peine de mort tous les jours, monsieur Mélenchon".

Lors de cet échange tendu, Jean-Luc Mélenchon a reproché à Éric Zemmour un programme politique aux valeurs réactionnaires. "Le Zemmouristan, ça existe!", a tonné le chef de la France insoumise. "Un pays où les femmes sont rabaissées, où il y a la peine de mort qui vous plaît, un pays où les homosexuels sont punis et un pays où on adhère pas aux conventions internationales, ça s'appelle l'Arabie Saoudite! Leur programme, c'est ce que vous racontez!", a encore dénoncé Mélenchon. "Vous êtes obsédé par une idée de la France. (...) La France ce n'est pas ce que vous dites!".

"Ce que vous venez de décrire, c'est exactement les banlieues islamisées où les femmes se font cracher dessus quand elles sont en jupe!", a répondu le polémiste, ancien chroniqueur de Cnews, avant de poursuivre: "M. Mélenchon, vous êtes le produit de mon idée de la France! Votre grand-père a donné des prénoms français à ses enfants et petits-enfants... Vous êtes le produit de l'assimiliation à la française, mais vous le reniez!". 

· Les deux hommes favorables à la sortie de l'Otan

Les deux débatteurs sont tout de même tombés d'accord sur un sujet: la sortie de la France de l'Otan. "Nous n'avons rien à faire dans cette alliance militaire", a d'abord affirmé Jean-Luc Mélenchon alors qu'il était interrogé sur la crise diplomatique des sous-marins qui oppose la France aux États-Unis et à l'Australie. Des propos partagés par Éric Zemmour, qui lui a considéré que l'Otan était "devenue une machine à asservir les pays alliés des États-Unis".

· Mélenchon veut "sortir du nucléaire", Zemmour opposé aux éoliennes 

Sur le thème de l'énergie, les deux hommes ne partagent toutefois pas la même vision. Le candidat de gauche à la présidentielle a considéré que la France devait "sortir du nucléaire" progressivement et "développer d'autres moyens". "4 centrales sur 10 n'ont pas pu fonctionner cette année à cause de la sécheresse et des grandes chaleurs", a affirmé le candidat, tandis que son adversaire s'en prenait au déploiement des éoliennes.  

"Les éoliennes sont une catastrophe!", a assuré Éric Zemmour, "à la fois pour la santé des gens, pour la beauté des paysages, vous savez très bien qu'elles sont fabriquées avec des pales en béton qui ne sont absolument pas renouvelables". Ce à quoi Jean-Luc Mélenchon a répondu: "personne ne dit qu'on va mettre des éoliennes partout!".

Interpellé par Jean-Luc Mélenchon quant aux conséquences du réchauffement climatique sur la sécurité des centrales nucléaires, Éric Zemmour a répondu qu'"il n'y a jamais eu d'accident nucléaire en France" et qu'"abandonner le nucléaire, c'est abandonner notre souveraineté nationale". 

· "Certains n'ont pas de programme" à 199 jours de l'élection, s'amuse Mélenchon

"Vous vous rendez compte qu'il y a des gens qui n'ont même pas de programme" à 199 jours du premier tour de l'élection présidentielle d'avril 2022?", s'est amusé Jean-Luc Mélenchon à la toute fin du débat télévisé. "Vous croyez vraiment qu'ils prennent les gens au sérieux?", s'est-il interrogé dans un dernier trait d'humour, sous le regard rieur d'Éric Zemmour, alors que ce dernier n'a toujours pas officialisé sa candidature. Jean-Luc Mélenchon, lui, a précisé que son programme politique serait disponible "dans sa forme définitive les 15, 16, 17 octobre" prochain.

Article original publié sur BFMTV.com

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles