"Un moment de solitude extrême" : Apolline de Malherbe revient sur son clash avec Gérald Darmanin

La séquence avait provoqué une vive polémique. Invité sur le plateau de BFMTV le 8 février 2022, Gérald Darmanin avait dérapé face à Apolline de Malherbe. La journaliste demandait alors au ministre de l'Intérieur si le gouvernement ne s'était pas "réveillé un peu tard", avec l'annonce par Emmanuel Macron d'une loi sur la sécurité intérieure dans les derniers mois du quinquennat. Gérald Darmanin avait alors critiqué une "présentation très rapide et un peu populiste". "Non mais ne vous vexez pas, calmez-vous, Madame, ça va bien se passer", avait-il ensuite lancé à Apolline de Malherbe. Des propos jugés sexistes, misogynes et condescendants par nombreux. Près d'un an après, la journaliste est toujours aussi touchée par cette séquence, comme elle l'a expliqué sur le plateau de C à vous ce vendredi 6 janvier.

"Je vais être honnête avec vous quand je la vois, je suis toujours assez surprise. Pour moi, c'était totalement imprévu, même presque animal. Je ne sais pas comment dire ça...", a commencé Apolline de Malherbe. Sur France 5, la journaliste a expliqué que dans "le face-à-face, on est seul dans un grand espace, c'est la seule interview du matin où on est seuls" et que sur le plateau de BFMTV, elle peut parfois ressentir "un moment de solitude extrême où seuls les deux intervenants sont ensemble". Pour son interview de Gérald Darmanin, Apolline de Malherbe avait "préparé" ses questions. "Mais je sens à un moment quelque chose qui semble (...)

Lire la suite sur Closermag.fr

"Une fragilité profonde" : les confidences d'Emmanuel Macron sur une interview qui l'a beaucoup touché
Emmanuel Macron rigole au sujet de son couple avec Brigitte face à des journalistes
"8000 euros net, c'est très bien mais..." : ce que Roselyne Bachelot reproche au salaire des ministres
"Cinq boîtes" : Carla Bruni se confie sur cette dangereuse addiction alimentaire qui aurait pu ruiner sa santé
Emmanuel Macron au tribunal : le président se retrouve sur le banc des victimes dans un procès