France: Le confinement reste inchangé jusqu'au 1er décembre

par Elizabeth Pineau et Bertrand Boucey
·3 min de lecture
FRANCE: LE CONFINEMENT RESTE INCHANGÉ JUSQU'AU 1ER DÉCEMBRE
FRANCE: LE CONFINEMENT RESTE INCHANGÉ JUSQU'AU 1ER DÉCEMBRE

par Elizabeth Pineau et Bertrand Boucey

PARIS (Reuters) - Le Premier ministre, Jean Castex, a confirmé jeudi que le confinement destiné à freiner l'épidémie de coronavirus durerait au moins jusqu'au 1er décembre, date à laquelle des allègements pourraient éventuellement s'envisager pour les commerces.

"Il serait irresponsable de lever ou même d'alléger le dispositif dès maintenant", a-t-il déclaré devant la presse, quelques heures après une réunion du Conseil de défense et de sécurité nationale autour d'Emmanuel Macron à l'Elysée.

Les règles du confinement instaurées le 30 octobre resteront donc inchangées "au moins pour les 15 prochains jours", a-t-il dit.

Au regard des derniers chiffres, "l'évolution du nombre de nouvelles contaminations s'est ralentie depuis une semaine", a dit le Premier ministre.

Le pic de la deuxième vague pourrait selon lui être atteint dans les hôpitaux en début de semaine prochaine, celui de la première vague (32.292 patients le 14 avril) ayant été franchi ce jeudi.

Si l'embellie actuelle se confirme, des mesures d'allègement pourraient intervenir pour les seuls commerces et "sur la base d'un protocole renforcé", à l'approche de la période de Noël cruciale pour le chiffre d'affaires des entreprises.

Les bars, restaurants et salles de sports ne seront pas concernés par cet éventuel assouplissement.

Quant aux règles du confinement imposées aux Français, qui ne peuvent pas sortir sans attestation, elles seront maintenues au-delà du 1er décembre.

Le Premier ministre a également averti ses concitoyens, invités au civisme, qu'il ne serait pas possible de se réunir à plusieurs dizaines pour les fêtes de fin d'année.

"Il est un peu tôt" pour dire s'il est possible de réserver des billets dans la perspective de cette période.

Pour l'heure, depuis le début du nouveau confinement, les forces de l'ordre ont effectué plus de 581.000 contrôles et procédé à plus de 88.000 verbalisations.

LES BAILLEURS INVITÉS À RENONCER AU LOYER DE NOVEMBRE

Le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, a confirmé les aides du Fonds de solidarité, cumulables avec le système "click and collect" mis en place par certains commerces.

Il a annoncé un crédit d'impôt pour les bailleurs renonçant au loyer de novembre pour les commerçants fermés en raison du confinement. Ce crédit d'impôt sera de 50% du montant du loyer abandonné pour les commerces ayant jusqu'à 250 salariés et d'un tiers du loyer pour les commerces de 250 à 5.000 salariés.

Le ministre de la Santé, Olivier Véran, a déclaré que les tests antigéniques seraient déployés dans les établissements scolaires à partir de la semaine prochaine.

Son collègue de l'Education nationale, Jean-Michel Blanquer, a confirmé le maintien des mesures de précaution dans l'enseignement, alors les lycées sont autorisés à effectuer une partie de leur enseignement à distance.

Selon des chiffres officiels, 45% des salariés du privé ont été mis en télétravail la semaine dernière. Un effort peut encore être fait en la matière, a dit la ministre du Travail, Elisabeth Borne.

Les droits à l'assurance chômage seront prolongés pour la durée du confinement pour les chômeurs en fin de droit.

Aujourd'hui en France, un décès sur quatre est dû au nouveau coronavirus, une hospitalisation liée au COVID-19 a lieu toutes les 30 secondes et 40% des personnes admises en réanimation ont moins de 65 ans, a détaillé Jean Castex.

L'épidémie a fait plus de 42.500 morts dans le pays.

(Elizabeth Pineau et Bertrand Boucey, édité par Nicolas Delame et Jean-Michel Bélot)