Un mois après la mort de Belmondo, son fils remercie le public: "Ca a dépassé tout ce que j'avais imaginé"

·2 min de lecture
Paul Belmondo sur le plateau de BFMTV le 14 octobre 2020 - BFMTV
Paul Belmondo sur le plateau de BFMTV le 14 octobre 2020 - BFMTV

Il n'avait pas pris la parole depuis la mort de son père. Un mois après l'hommage national rendu à son père Jean-Paul Belmondo aux Invalides, Paul Belmondo sort du silence et se dit ce jeudi sur BFMTV "énormément" touché par ce témoignage d'affection de la part des Français.

"On a reçu beaucoup de messages. Voir ces gens faire la queue jusqu'à très tard dans la nuit, ça nous a beaucoup touché. Ça prouve à quel point ils l'aimaient et à quel point ils avaient besoin de lui dire au revoir", indique l'ancien pilote de course.

"C'est pour cette raison que j'ai fait ce documentaire sur lui [Belmondo par Belmondo en 2016, NDLR]: je sentais cet amour des Français pour mon père et ce besoin d'avoir des informations de lui", ajoute-t-il. "Je le savais. C'est vrai que ça a dépassé tout ce que j'avais imaginé. Les gens me le disaient à chaque fois: 'On a grandi avec votre père.' Je comprenais que les gens avaient vécu avec lui. C'était un point de repère à chaque moment de leur vie. Les gens aimaient mon père."

"Il avait un peu mis en scène son départ"

Malgré la fatigue de Jean-Paul Belmondo ces derniers mois, Paul Belmondo n'était "pas préparé au départ", confie-t-il: "On savait que ça allait arriver, qu'il était en train de donner son dernier combat, mais personne n'est prêt au départ d'un proche." Et d'ajouter: "Heureusement l'organisation des obsèques vous occupe lesprit. Ca vous permet d'être pris dans tout ça et d'avancer."

C'est Belmondo lui-même qui avait insisté pour que Chi Mai, le morceau phare du film Le Professionnel, soit joué lors de ses funérailles: "Entre nous, on avait hésité, on avait peur que ça fasse un peu beaucoup. Il avait raison une fois de plus: cette sortie aux Invalides était tellement émouvante, tellement belle. Il avait un peu mis en scène son départ."

"On a profité de chaque seconde"

Paul Belmondo raconte également les derniers jours de la légende: "Il y avait sa famille proche: son frère mon oncle Alain, ma tante Murielle, ses enfants Stella, ma sœur Florence, Pierre Vernier, son ami le plus proche, Philippe et Sylvia, le personnel qui était autour de lui depuis des années... On l'a tous entouré. Il est vraiment parti avec les siens et apaisé. C'était très important. Heureusement, il est parti de chez lui." Chacun a pu lui faire ses adieux:

"Tous les jours avant de s'endormir, on lui disait au revoir. On avait le doute que le lendemain il ne serait plus là. On a profité de chaque seconde, de chaque minute avec lui pendant tous ces derniers temps", conclut Paul Belmondo, qui débute une tournée avec le vaudeville Boeing-Boeing de Marc Camoletti.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles