Un mois après l'épisode de gel, les producteurs de fruits anticipent une pénurie

·1 min de lecture

"En abricots, j'ai perdu 80% de la production. Pour les pêches et les nectarines, j'espère arriver à 50% de production." Cet été, Bruno Darnaud, à la tête de l'Association d'organisations de producteurs de Pêches et d'Abricots de France, prédit sa pire récolte depuis au moins trente ans. La faute à ces premières nuits d'avril cauchemardesques quand, après un mois de mars ensoleillé, les températures ont chuté drastiquement. Des pieds de vignes et des vergers gelés, alors que le mercure est tombé à -5, -7 voire -8. Un mois après, les températures sont plus douces mais les récoltes ont souffert.

>> Retrouvez Europe matin week-end en podcast et en replay ici

Bruno Darnaud en est certain : cette année, il y aura moins de fruits que d'habitude sur les étals des marchés. "Il y aura de l’abricot français, notamment en début de saison, mais c’est vrai que plus on va avancer, plus il risque de se faire rare", confie-t-il à Europe 1. L'inquiétude prévaut aussi pour les poires, les cerises ou le raisin. Un seul fruit souffre moins que les autres, la pomme. En effet, certains arbres ont pu refleurir après le gel.

Petite récolte et prix élevés

Ce qui ne garantit pas l'absence de pénurie. "Maintenant, la difficulté va être de savoir si la qualité sera suffisante", explique Daniel Sauvaitre, de l’Association nationale Pommes Poires. "Les fleurs, qui ont un moins bon potentiel d’avoir des fruits, auront-elles une bonne grosseur ? Je pense qu’on ne prend pas de risque à dire qu’on aura ...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles