Moins de promotion de Marseille, victime de sa surfréquentation

Source AFP
·1 min de lecture
Aux abords de la Bonne Mère, à Marseille, l'afflux de touristes s'accompagne de désagréments pour la municipalité, notamment les déchets et les nuisances sonores.
Aux abords de la Bonne Mère, à Marseille, l'afflux de touristes s'accompagne de désagréments pour la municipalité, notamment les déchets et les nuisances sonores.

Marseille, ses calanques et sa Bonne Mère voient chaque année déferler, sur ses côtes et ses plages, une vague de touristes. Trop de touristes ? C'est en tout cas ce que craint la municipalité marseillaise. En « désaccord profond » avec l'Office du tourisme de la métropole, la mairie a appelé, mercredi 21 avril, à réduire la promotion de la ville. En cause : « une très forte fréquentation [?] voire une situation de surfréquentation » touristique dans la cité phocéenne cet été. Pour Laurent Lhardit, adjoint au maire au tourisme, « il faut amplifier les moyens dévolus à l'accueil des touristes et réduire ceux dévolus à la promotion de la ville ». Lors d'une visioconférence, celui-ci a regretté que l'office métropolitain du tourisme (OMT) ait prévu de dédier « plus d'un million d'euros à des opérations de publicité ou pour des salons » afin de vendre la destination marseillaise.

Selon la municipalité, dirigée depuis juin par le Printemps marseillais, large alliance de la gauche et des écologistes, après 25 ans de règne du maire LR Jean-Claude Gaudin, la priorité devrait être mise sur l'accueil et l'information des touristes. « Il ne s'agit pas de limiter l'accès à Marseille mais de diversifier les lieux d'accueil », a expliqué Laurent Lhardit, estimant à « une centaine » le nombre d'agents qu'il faudrait former et recruter. De son côté, Marc Thepot, président de l'OMT, a précisé que « la stratégie de l'Office visait seulement à promouvoir la destination Marsei [...] Lire la suite