Moins de naissances, campagnes dépeuplées, Parisiens qui fuient… l'étude de l’Insee décortiquée

·2 min de lecture

L’Insee révèle dans une nouvelle étude qu’entre 2013 et 2018, la croissance moyenne de la population française a été de 0,4 %, contre 0,5 % sur la période précédente. Baisse des naissances dans de nombreux départements, désertion de Paris, attraction de Marseille et de Bordeaux, on fait le point sur la démographie française.

L’Insee vient de publier une étude sur la démographie de la France entre 2013 et 2018, année au cours de laquelle la France compte 66 730 000 habitants. La croissance démographique moyenne sur cette période est de 0,4 %, ce qui signifie que chaque année la France a gagné une nouvelle population équivalente aux habitants de la ville de Lille intra-muros. Désertion des campagnes, baisse de la natalité, succès de Marseille et Bordeaux contre Paris… Marianne vous propose une analyse exhaustive de ces évolutions.Plus de morts et moins de naissancesEn France, le nombre d'habitants continue de croître régulièrement, mais à un rythme de moins en moins soutenu. Dans les années 1950-1960, le solde naturel, « la différence entre le nombre de naissances et le nombre de décès enregistrés au cours d’une période » côtoyait régulièrement les + 300 000 personnes par an avec des pics à 850 000 naissances. Il est désormais régulièrement inférieur à + 150 000, avec des naissances qui vont passer sous la barre des 700 000 par an.Ce solde naturel diminue donc en raison d’une baisse des naissances mais également d’une augmentation des décès, les « baby-boomers » nés...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Covid-19 : des plus aux moins sévères, les consignes fixées pour les fêtes dans le mondeUn festin de roi avec volailles pour moins de vingt euros, par Périco LégasseÉmirats arabes unis : moins de charia... pour plus de chalandsPopulation jeune, solidarité, mémoire des épidémies : pourquoi le Covid-19 touche moins le continent africainPour finir le confinement, cinq jeux vidéo à moins de quinze euros