Moins de Français partent skier en Suisse avec les contrôles à la frontière

·2 min de lecture

C'est le début des vacances d'hiver pour toute une partie de la France. Et encore une fois, la tentation est grande pour les amateurs de sports d'hiver d'aller en Suisse où les pistes sont ouvertes. C'est le cas à Morgins, station du canton du Valais située à cinq minutes en voiture de la Haute-Savoie. Mais, Covid-19 oblige, les vacanciers français hésitent de plus en plus avant de passer la frontière.

Avec notre correspondant en Suisse, Jérémie Lanche

Le temps est à la pluie. Mais ça n'empêche pas Thomas de louer du matériel de ski aux vacanciers qui se pressent devant les remontées. Même si les Français sont beaucoup moins nombreux qu'à Noël : « Ça s’est bien calmé au niveau Français, beaucoup moins de monde. Il y a plus de contrôles aux frontières, donc il y a beaucoup moins de Français qui viennent ».

Test PCR négatif obligatoire

Si des exceptions existent, les skieurs français doivent en effet présenter un test PCR négatif de moins de 3 jours avant de rentrer en France. De quoi en décourager pas mal, comme l'explique Camille Renevier. Elle dirige une agence immobilière à Morgins : « On a chaque jour beaucoup de coups de téléphone pour voir la situation, comment on peut se mettre d’accord, comment on peut voir la suite, s’il y en a qui repoussent, qui ne vont pas venir. Malheureusement, c’est très indécis ».

Quelques mordus de ski ont quand même fait le déplacement. Avec le test PCR en poche. À l'image d'Adrien, parti tôt ce matin de Lyon avec plusieurs amis : « Cela nous aurait plu aussi de dépenser notre argent chez nous. Mais bon, on vient le dépenser ici. On ne va pas se priver parce que le politique français a décidé de fermer les stations de ski françaises ».

À cinq minutes de Morgins, côté France, le maire de la station de Châtel, Nicolas Rubin tente lui de voir le bon côté de l'ouverture des stations en Suisse : « Il y a des gens qui réservent ici et paradoxalement, on a même une clientèle suisse qui vient réserver des petits chalets ici pour pouvoir aller au ski chez eux de l’autre côté ».

Mais des deux côtés de la frontière, le taux de remplissage des stations est nettement en baisse. À Châtel, il ne devrait pas dépasser les 50 % pour les vacances.

►À lire aussi : Covid-19: des Britanniques en quarantaine dans une station de ski suisse s'enfuient