Moins de 15 % des fictions vues en France sont réalisées par des femmes

L’actrice Anamaria Vartolomei devant la caméra de la réalisatrice d’Audrey Diwan pour le film « L’événement ».
PROKINO Filmverleih L’actrice Anamaria Vartolomei devant la caméra de la réalisatrice d’Audrey Diwan pour le film « L’événement ».

PROKINO Filmverleih

L’actrice Anamaria Vartolomei devant la caméra de la réalisatrice d’Audrey Diwan pour le film « L’événement ».

MÉDIAS - Il reste encore du chemin a à parcourir. Moins bien payées, plus précaires, minoritaires dans les postes à responsabilités : les inégalités persistent toujours pour les femmes dans les médias, que ce soit dans la presse, l’audiovisuel ou le cinéma, selon une étude publiée ce jeudi 15 septembre par l’association Pour les Femmes dans les Médias et Audiens.

Cette vaste enquête, présentée lors du festival de la fiction de La Rochelle, dépeint l’évolution de la parité entre 2010 et 2021 dans la production audiovisuelle, cinématographique et de films d’animation, la post-production, la télédiffusion, la radiodiffusion et la presse, soit près de 290 000 emplois.

À commencer par la production audiovisuelle, branche qui emploie le plus dans les médias (environ 130 000 personnes). Dans ce domaine, les constats en matière de parité sont similaires à l’ensemble du secteur, pourtant l’étude souligne le manque flagrant de femmes à la réalisation de fictions dans l’Hexagone.

Elles représentaient ainsi 23 % de l’ensemble des réalisateurs de fiction ayant été actifs entre 2016 et 2020, selon des données du Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC). En revanche, sur cette même période, seulement 12 % des heures de fiction ont été strictement réalisées par des femmes. Un constat cruel, tant le paysage audiovisuel français regorge de réalisatrices talentueuses et maintes fois récompensées sur la scène internationale pour leur travail : le Lion d’or d’Audrey Diwan en 2021 pour L’événement ou encore la Palme d’Or pour Julia Ducournau avec Titane cette même année, pour ne citer qu’elles.

Précarisées et encore minoritaires

Et si le salaire moyen par femme a augmenté plus rapidement que celui des hommes depuis 2010, elles « demeurent globalement moins rémunérées », celles-ci représentant 44,1 % des effectifs mais seulement 41 % de la masse salariale, souligne l’étude d’Audiens, groupe de protection sociale des médias et de la culture, et de PFDM.

Les femmes sont également plus exposées à la précarité de l’emploi car majoritaires parmi les titulaires de contrats à durée déterminée (51,8 % des CDD) et plus souvent embauchées à temps partiel que les hommes (18 % contre 10 %). Elles demeurent aussi minoritaires parmi les salariés en contrat à durée indéterminée (46,7 %).

Grimper les échelons hiérarchiques n’est pas devenu plus aisé : 23,1 % des chefs d’entreprise du secteur sont des femmes -cette proportion montant à 39,5 % dans la télédiffusion-, tandis qu’elles sont surreprésentées chez les employés administratifs (64,3 % des postes).

À voir également sur Le HuffPost :

Vous ne pouvez visionner ce contenu car vous avez refusé les cookies associés aux contenus issus de tiers. Si vous souhaitez visionner ce contenu, vous pouvez modifier vos choix.

Lire aussi