Mohamed Tounkara, premier Sénégalais au sommet du Mont-Blanc: «La montagne m’a appris à être humble»

Mohamed Tounkara est ingénieur en informatique, ancien enfant de troupe du Prytannée militaire de Saint-Louis. Il vient de planter le drapeau du Sénégal à près de 4 810 m d'altitude. Cette ascension a duré quatre jours.

RFI : Étiez-vous préparé à cette expédition ? Vous êtes très sportif, mais la montagne, c'est un milieu que vous connaissiez moins ?

Mohamed Tounkara : Je ne connaissais pas vraiment les montagnes, ni vraiment la neige, parce que je suis sénégalais. Je suis né au Sénégal, j’ai grandi au Sénégal. J’ai découvert les montagnes avec le snowboard. Mon beau-frère m’a fait découvrir le ski et le snowboard. Après, juste descendre les pistes des montagnes ne me suffisait pas, donc je me suis dit qu’il fallait que je commence à les gravir.

Dans les vidéos, on voit que vous parlez de la pire journée de votre vie. Qu’est-ce qui a été le plus éprouvant pour vous ?

Le plus éprouvant, c'étaient les dangers : les crevasses que je devais sauter, les chutes de pierres que je devais éviter, les passages très raides que je devais gérer. Ces dangers-là étaient un vrai challenge pour moi. Il y avait aussi le manque d’oxygène, parce qu’à 4 000 mètres d’altitude, il y a moins d’oxygène dans l’air, ce qui était très éprouvant.

Par quoi s'est traduit ce manque d’oxygène ?

On est moins performant, on prend plus de temps à faire les choses, on prend de moins bonnes décisions, on est très fatigué, on a mal à la tête et on n’arrive pas à dormir.

Vous parliez de ces insomnies dans le refuge ?

Quel enseignement tirez-vous de cette expédition ?


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles