Moha la Squale accusé de viol : son avocate dénonce le rôle des réseaux sociaux

Par LePoint.fr
·1 min de lecture

L'avocate du rappeur, accusé de violences sexuelles, a dénoncé l'impact des réseaux sociaux dans cette affaire, dans le « Journal du Dimanche ».

Il a été l'un des premiers visés par le hashtag #BalanceTonRappeur. Moha La Squale, interprète notamment de Luna, est actuellement mis en cause dans le cadre d'une enquête préliminaire pour violences, séquestrations et agression sexuelle. Alors qu'il devrait être entendu par les enquêteurs dans quelques jours, son avocate s'est exprimée, samedi 3 mars, dans les colonnes du Journal du Dimanche. Elle critique notamment la place que peuvent prendre des dénonciations sur les réseaux sociaux dans ce genre d'affaires. 

Selon Maître Elise Arfi, sur ces plateformes « la seule parole qui vaille est celle qui dénonce » alors que « tout n'est pas si simple » . Elle appelle donc à « s'extraire du contexte [des réseaux sociaux] et à revenir aux faits » afin de déterminer « ce qui relève du champ pénal ». 

Une relation « explosive »

En septembre 2020, trois anciennes petites amies du rappeur ont déposé plainte, rejointes ensuite par trois autres femmes. L'avocate évoque pour la première plaignante une relation « explosive » et une jeune femme qui pouvait être violente envers son client. Concernant les autres victimes, « les échanges [de messages] contemporains aux faits ne décrivent pas des relations d'insultes et de menaces », précise-t-elle.

À LIRE AUSSI Avec Pomme, #MeToo s'invite aux Victoires de la musique

L'avocat de quatre des plaignantes, Thibault Stumm, nie de son côté toute recherche de publicité: « Mes clientes ne sont pas à la recherche de notoriété, explique-t-il [...] Lire la suite

Ce contenu peut également vous intéresser :