Moderna poursuit Pfizer-BioNTech pour violation de brevet sur son vaccin contre le Covid-19

PHOTO BRITTAINY NEWMAN/NEW YORK TIMES

Moderna intente un procès à Pfizer et à son partenaire allemand BioNTech, les accusant d’avoir copié sa technologie pour développer leur vaccin contre le coronavirus, rapporte le Washington Post, “ouvrant la voie à une bataille juridique entre les entreprises de premier plan” dans la lutte pour endiguer la pandémie.

Shannon Thyme Klinger, la directrice juridique de Moderna, a déclaré vendredi 26 août : “Nous pensons que Pfizer et BioNTech ont copié illégalement les inventions de Moderna et qu’ils ont continué à les utiliser sans autorisation.”

Une start-up contre un géant pharmaceutique

Cette bataille juridique entre les deux principaux fabricants de vaccins à ARN messager, les plus efficaces dans la lutte contre le Covid-19, “souligne l’importance des enjeux de la concurrence entre Pfizer, un géant pharmaceutique mondial, et Moderna, une start-up de biotechnologie basée dans le Massachusetts”.

Moderna n’avait jamais rien vendu avant que la Food and Drug Administration (FDA), l’autorité sanitaire américaine, ne lui accorde une autorisation d’urgence pour son vaccin en 2020. Avec leurs vaccins contre le coronavirus, Moderna et Pfizer-BioNTech ont engrangé “des milliards de dollars”, rappelle le quotidien de Washington.

Les procès concernant les brevets, qui sont “fréquents dans le milieu de la biotech”, durent en général plusieurs années. “Il pourrait s’écouler trois à cinq ans avant que le différend entre Moderna et Pfizer-BioNTech ne soit résolu.” Moderna n’a pas demandé le retrait du marché du vaccin de Pfizer, reconnaissant qu’il était nécessaire “d’assurer un accès constant à ces traitements qui sauvent des vies”.

Pfizer s’est défendu publiquement le mois dernier contre un autre dépôt de plainte par l’allemand CureVac, en déclarant :

“[Notre] travail est original, et nous le défendrons vigoureusement contre toute allégation de violation de brevet.”

Moderna “travaille sur les vaccins à ARN messager depuis sa création en 2010”, tandis que Pfizer s’est associé à l’allemand BioNTech, “un autre pionnier de cette technologie”, au début de la pandémie.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :