Comment le MoDem tente de sauver l'introduction de la proportionnelle avant la fin du quinquennat

·1 min de lecture

L'offensive est lancée. François Bayrou et son parti, le MoDem, jouent leur va-tout pour tenter d'introduire une dose de proportionnelle dès les élections législatives de juin 2022. Et les centristes assument d'avoir une stratégie quelque peu… alambiquée. Première étape : le projet de loi actant le report des élections départementales et régionales, de mars à juin prochain, actuellement examiné au Sénat et qui arrive à l'Assemblée la semaine prochaine. Le groupe de députés MoDem compte y déposer un amendement pour retoucher le mode de scrutin législatif. Ses chances de succès sont nulles puisque la Constitution interdit toute disposition prise sans rapport avec le sujet du texte concerné. "C'est un cavalier législatif assumé! Ce n'est même pas du niveau d'un première année de droit", convient auprès du JDD le patron du groupe, Patrick Mignola.

L'essentiel est en fait ailleurs pour le partenaire de la majorité. Le MoDem veut porter le sujet dans le débat public, malgré l'omniprésence de la crise sanitaire. François Bayrou a ainsi troqué ces derniers jours sa casquette de Haut commissaire au Plan avec celle de chef de parti, en multipliant les expressions sur le sujet, auprès de l'AFP, dans Le Figaro et sur France Inter. Il en appelle directement au chef de l'Etat, lui rappelant sa promesse faite en 2017 (et réitérée en 2019 après la crise des Gilets jaunes), et demandant même un référendum sur le sujet, avec à la clé l'introduction de la proportionnelle intégrale. Le leader ...


Lire la suite sur LeJDD