Publicité

Le MoDem « en pleine incohérence » : Jean-Louis Bourlanges étrille le cavalier seul de François Bayrou

Le MoDem grésille : les troupes de François Bayrou ne digèrent visiblement pas la décision de François Bayrou. Le président du MoDem, tout juste relaxé lundi, était pressenti pour entrer au gouvernement, à l’Éducation nationale ou à un ministère régalien. Un rang protocolaire important, éventuellement assorti d’un titre de ministre d’État, était évoqué.

Le poids politique que représente son parti – 51 députés appartiennent au groupe « MoDem et Indépendants » – est important pour la fragile majorité présidentielle. Seulement, les négociations ont capoté et François Bayrou faisait hier soir une annonce fracassante à l’AFP, confiant qu’il n’entrerait pas au gouvernement, faute « d’accord profond sur la politique à suivre » : « de nombreuses discussions m’ont fait conclure à une différence d’approche sur la méthode à suivre qui me paraît rédhibitoire ». Hier soir, le chef de file du mouvement justifiait, lors d’un dîner avec ses parlementaires, sa décision par le refus d’une « démarche d’humiliation qu’on nous impose »,

À lire aussi Une « démarche d'humiliation » : François Bayrou fustige le gouvernement et la nomination de Gabriel Attal

Cette explication n’a visiblement pas convaincu à Jean-Louis Bourlanges. Dans un communiqué publié ce matin, le député centriste, président de la commission des Affaires étrangères à l’Assemblée nationale, a exprimé franchement son désaccord, dénonçant à la fois la méthode et la logique politique : « Le Modem est en pleine incohérenc...


Lire la suite sur LeJDD