Mode: Paris accueille sa première rétrospective sur Gabrielle Chanel

·4 min de lecture

Le Palais Galliera accueille du 1er octobre 2020 au 14 mars 2021 la première rétrospective parisienne sur l’œuvre de Gabrielle Chanel. Intitulé « Manifeste de Mode », l’événement célèbre le talent de la couturière qui a libéré les femmes et marque la réouverture du musée, fermé pendant plus de deux ans pour travaux.

L’événement phare de la Fashion Week parisienne qui a démarré ce lundi 28 septembre a lieu loin des podiums. D’abord parce que les restrictions liées à la pandémie de Covid-19 ont poussé plusieurs marques et maisons à présenter leurs collections virtuellement, mais surtout parce que le point d’orgue de la saison – voire celui de l’année – est la première rétrospective sur l’œuvre de Gabrielle Chanel, qui a ouvert ses portes jeudi.

Coco Chanel est l’un des personnages les plus mythiques de l’histoire de la mode. Entre les différents récits sur son enfance, dont elle aimait changer les versions selon son interlocuteur, ses amours épiques, sa relation avec de grands artistes et même les soupçons d’espionnage pendant la guerre, elle a eu une vie romanesque, qui a donné lieu à de nombreux livres et a inspiré plus d’un cinéaste. Mais aussi étrange que cela puisse paraître, Paris n’a jamais accueilli une véritable rétrospective du travail de celle qui, pendant longtemps, a incarné une certaine idée de la Parisienne.

Celle qui a aidé à libérer les femmes

En 2013, le Palais de Tokyo a consacré une exposition à son parfum emblématique, le Chanel n°5, et de nombreux événements ont été organisés pour mettre en avant le talent de Karl Lagerfeld, qui a signé les collections de la maison pendant 36 ans, de 1983 jusqu’à sa disparition en 2019. Mais il manquait une exposition à la hauteur de celle qui a aidé à libérer les femmes, non seulement par l’élimination des corsets, mais aussi par l’usage du jersey et l’adaptation de certaines pièces du vestiaire masculin à la garde-robe féminine.

Maintenant c’est chose faite. Sur un parcours de plus de 350 pièces issues des collections du Palais Galliera, ainsi que de plusieurs musées dans le monde, des collections privées et des archives de la maison de couture, il est possible de voir ou revoir l’étendue du travail de Coco, dès ses débuts en tant que modiste en 1910, déjà au 21 rue Cambon, son adresse emblématique, jusqu’à sa mort, en 1971. Comme l’explique Bruno Pavlovsky, président des activités mode de la maison Chanel, il s’agit de mettre en avant « non pas la femme, mais la créatrice visionnaire ».

Les codes d'une maison iconique

Au fil des salles, on assiste à l’évolution de son style, entre les tenues de jour, les robes du soir et, bien évidemment, la petite robe noire et le tailleur en tweed, des pièces devenues sa marque de fabrique. Les ensembles portés par Marlene Dietrich ou encore par la princesse Paola de Belgique donnent le côté légèrement people de l’exposition, où l’on y voit aussi des photographies, des tableaux, des croquis et des scènes de films, comme L'année dernière à Marienbad d'Alain Resnais, dont les robes de Delphine Seyrig ont été créées par Gabrielle Chanel. Sans oublier la passion de Coco par les bijoux fantaisie, qui apportent l’éclat dans une scénographie plutôt sobre – en diapason avec l’idée d’un « luxe austère » revendiquée par les commissaires.

L’exposition s’adresse autant aux néophytes qu’aux experts de la mode, mais le parti pris pédagogique est visible. Comme dans une partie du parcours qui présente les codes de la maison : les escarpins bicolores, dont l'usage du beige allonge la jambe et le bout noir raccourcit le pied, les perles qui complétaient les looks, ou encore le sac matelassé tellement copié depuis sa création en 1955. Des éléments incontournables qui résument l’ADN de la marque et sont réinterprétés jusqu’à aujourd’hui par Virginie Viard, directrice artistique qui a pris le flambeau de la maison après la disparition de Karl. D'ailleurs, l'exposition est aussi une sorte de « master class Chanel » pour ceux qui oublient que la maison avait une avant le passage du Kaiser et ses défilés spectaculaires au Grand Palais.

La rénovation du Palais Galliera, un projet titanesque

L’événement est aussi l’occasion de voir le résultat de la rénovation du Palais Galliera qui a plus que doublé sa surface d’exposition suite aux travaux réalisés grâce au soutien de la maison Chanel (qui finance aussi une partie de la rénovation du Grand Palais). Les nouvelles salles du musée ont été créées dans les caves voûtées du bâtiment, mises en valeur dans un projet titanesque, qui montre encore une fois le pouvoir de frappe des grands groupes de luxe dans le monde de l’art.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles