Mobilisation de réservistes en Russie : un recruteur attaqué, le Kremlin admet des «erreurs»

© NATALIA KOLESNIKOVA / AFP

La mobilisation partielle de réservistes pour tenter de reprendre la main sur le front ukrainien passe mal en Russie. Un homme a ouvert le feu lundi dans un centre de recrutement de l'armée russe, blessant grièvement un officier qui y travaillait, le Kremlin admettant pour sa part des "erreurs" lors de la mobilisation de centaines de milliers de réservistes pour aller combattre en Ukraine.

Car depuis l'annonce de cette mobilisation , la semaine dernière, de nombreux cas de personnes âgées, malades ou d'étudiants appelés ont été signalés, alors que les autorités assuraient qu'ils étaient exemptés. Lundi matin, la fusillade s'est produite dans un commissariat militaire à Oust-Ilimsk, ville éloignée dans la région d'Irkoutsk, en Sibérie. Le pouvoir russe est accusé de chercher à mobiliser en priorité dans des zones pauvres et isolées.

Les manifestations se multiplient

Le Comité d'enquête russe a indiqué que le suspect, un habitant âgé de 25 ans, avait été arrêté. La victime, elle, est hospitalisée dans un état très grave. "Les médecins se battent pour sa vie", a indiqué le gouverneur de la région d'Irkoutsk, Igor Kobzev. La mère du suspect a affirmé au média russe indépendant ASTRA que son fils était "très peiné", car son meilleur ami avait reçu la vieille un avis de mobilisation.

Ces derniers jours, des manifestations se sont multipliées dans plusieurs régions défavorisées contre la mobilisation partielle, et parfois chaotique. Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov , a ...


Lire la suite sur Europe1