Mobilisation des personnels du médico-social pour des hausses de salaires

·2 min de lecture

Munis de vêtements contre la pluie, chasubles et drapeaux orange, la couleur de ce syndicat, ces salariés du domicile, aide-soignants à l'hôpital ou en Ehpad, et infirmiers se sont rassemblés à la mi-journée devant le ministère de la Santé, scandant "On est là" ou encore "Revalorisation de salaire pour tout le monde". 

Plusieurs centaines de soignants et personnels du médico-social, en grande majorité des aides à domicile, ont manifesté mardi à l'appel de la CFDT pour dénoncer leur "misère salariale" et réclamer de "fortes revalorisations", a constaté une journaliste de l'AFP. Munis de vêtements contre la pluie, chasubles et drapeaux orange, la couleur de ce syndicat, ces salariés du domicile, aide-soignants à l'hôpital ou en Ehpad, et infirmiers se sont rassemblés à la mi-journée devant le ministère de la Santé, scandant "On est là" ou encore "Revalorisation de salaire pour tout le monde".

Venus de plusieurs villes de France, les manifestants dénonçaient sur les pancartes: "Soignants oubliés, soignants en colère" ou "Arrêtez de nous jeter des miettes, nous ne sommes pas des pigeons". "Ça fait des années que nos salaires ne bougent pas, que les conditions de travail se dégradent", a déploré auprès de l'AFP Lénaïck Flamant, aide à domicile. Outre le "manque de rémunération" et "l'épuisement professionnel", cette femme de 57 ans, originaire de Rennes, a également souligné le "manque d'attractivité du métier, car la plupart des aides à domicile sont à temps partiel, des temps partiels subis".

"

Déconsidérés, alors qu'ils ont été là pendant toute la crise sanitaire et continuent de l'être

"

Plusieurs manifestants étaient massés derrière une grande banderole sur laquelle on pouvait lire: "Aide-soignante, Domicile, Misère salariale, Revalorisation, Urgence". Parmi eux, le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger, a estimé auprès de l'AFP que "les travailleurs, et travailleuses surtout, du social, du médico-social, de l'aide à domicile se sentent déconsidérés alors qu'ils ont été là pendant toute la crise sanitaire et continuent de(...)


Lire la suite sur Paris Match