Mobilisation partielle : plus de 260.000 Russes auraient déjà quitté le pays

© Olivier MORIN / AFP

En Russie, la mobilisation partielle continue de provoquer l'exode d'une - petite - partie des Russes. Plus de 260.000 hommes auraient quitté le territoire en quelques jours, indique un rapport des services du Kremlin ayant fuit dans la presse russe. Face au constat, le gouvernement pourrait annoncer la fermeture des frontières aux hommes mobilisables.

L'afflux ne faiblit pas aux frontières entre la Russie et la Géorgie, la Finlande et la Mongolie. Depuis l'annonce de la mobilisation partielle en Russie dans le cadre de la guerre en Ukraine, des centaines d'hommes quittent le pays. Ainsi, près de 261.000 hommes auraient quitté le pays en six jours pour échapper à un départ au front, annonce un rapport des services fait au Kremlin. Si ce chiffre devait rester confidentiel, une fuite dans la presse russe rebat les cartes.

>> Retrouvez Europe Matin en replay et en podcast ici

Car ce rapport montre un accès de sincérité sur un désastre, rompant avec l'aveuglement de février dernier et de l'invasion de l'Ukraine. Jusqu'alors, les services avaient toujours donné à Vladimir Poutine ce qu'il voulait entendre, à l'instar du mois de février dernier où ces derniers avaient vendu une victoire en Ukraine en seulement quelques jours.

"Personne n'a attaqué la Russie"

Mais la situation ne permet plus la dissimulation, même au plus haut niveau. Un peu partout, de nombreuses manifestations contre la guerre voient le jour. "Personne n'a attaqué la Russie. C'est la Russie qui a attaqué l'Ukraine. Non à la guerre !", hurle cette femme dans une manifestation dans la République du Daghestan, proche de la Géorgie.

Alors, les services seraient-ils moins enclins à aider Moscou à travestir la réalité possible ? Le Kremlin a dû reconnaître des erreurs dans la mobilisation. Les frontières pourraient être fermées prochainement aux hommes mobi...

Lire la suite sur Europe1

VIDÉO - Guerre en Ukraine - Frédéric Encel : "Poutine est vraisemblablement malade. On ne sait pas si cette maladie sera une variable dans ses prises de décision"