Mobilisation contre la loi "sécurité globale": 62 membres des forces de l'ordre blessés, 81 interpellations

Mélanie Vecchio avec Hugo Septier
·2 min de lecture
Des manifestants place de la Bastille à Paris, le 28 novembre 2011 - Thomas COEX / AFP
Des manifestants place de la Bastille à Paris, le 28 novembre 2011 - Thomas COEX / AFP

Au lendemain de l'imposante mobilisation contre le texte de loi "sécurité globale" à travers le pays, les autorités font le bilan. Selon des chiffres du ministère de l'Intérieur, dont BFMTV à pris connaissance ce dimanche matin, 62 policiers ont été blessés durant les manifestations de samedi. Parmi eux, 23 l'ont été lors d'affrontements à Paris, et 39 en province, où de nombreuses manifestations étaient également organisées.

En outre, la place Beauvau souligne que 81 personnes ont été interpellées sur l'ensemble de la journée. Samedi soir, les autorités avaient indiqué que 46 arrestations avaient eu lieu à Paris et dans sa région. Sur les réseaux sociaux, plusieurs vidéos ont circulé montrant des policiers violemment pris à partie, frappés en étant parfois à terre.

L'IGPN saisie par deux manifestants

Si à Paris le bilan des blessés du côté des manifestants n'était pas encore réalisé; deux d'entre eux, blessés en province, ont fait un signalement auprès de l'Inspection générale de la police (IGPN).

Un photographe syrien indépendant, Ameer al Halbi, 24 ans, qui couvrait la manifestation a été blessé au visage. Le secrétaire général de RSF, Christophe Deloire, a dénoncé samedi soir sur Twitter des violences policières "inacceptables" contre ce collaborateur de Polka Magazine et de l'AFP.

500.000 manifestants en France

Pour autant, malgré ces tensions à la marge, ces défilés ont au total réuni plus de 500.000 personnes à travers la France selon les organisateurs, 130.000 selon le ministère de l'Intérieur dont 46.000 à Paris, contre 22.000 la semaine passée sur l'ensemble du pays.

La coordination StopLoiSécuritéGlobale qui rassemble syndicats de journalistes, confédérations syndicales et associations a dénombré quant à elle 200.000 manifestants à Paris.

Contrastant avec un défilé globalement calme à Paris dans l'après-midi, des affrontements ont opposé manifestants et forces de l'ordre, qui ont utilisé en fin de journée les canons à eau, au point d'arrivée du cortège, place de la Bastille. Gérald Darmanin a condamné sur son compte Twitter "des violences inacceptables contre les forces de l'ordre."

Article original publié sur BFMTV.com