«Mo» sur Netflix, la série encensée sur les réseaux sociaux qui parle aux Palestiniens

Ça s’appelle Mo, c’est une mini-série en huit épisodes sur Netflix, et c’est le récit quasi autobiographique de Mohammed Amer - un Palestinien américain connu dans la vraie vie pour ses spectacles de stand-up. Dans cette série, il raconte l’histoire d’une famille de Palestiniens, chassé du Koweït lors de la première guerre du Golfe, qui a trouvé refuge au Texas, aux États-Unis. Une famille sans papiers, sans assurance maladie, qui fait face aux défis de l’Amérique d’aujourd’hui.

De notre correspondante à Ramallah,

La série a déjà attiré des milliers de spectateurs et a reçu des critiques élogieuses des Palestiniens. Une jeune Palestinienne-Américaine le souligne sur Twitter, c’est « une série des plus brillantes qui parle de parties de moi dont je ne connaissais même pas l’existence ». À l’écran, on suit cette famille palestinienne sans papiers attendant désespérément d’être régularisée. Tout est raconté avec beaucoup d’humour.

Mo, un réfugié sans nationalité

Mais les sujets plus graves ne manquent pas d’être abordés en profondeur : les références à l’occupation israélienne, le racisme envers les musulmans, et des scènes qui montrent toute l’absurdité et la brutalité de la situation de ces réfugiés : le fait par exemple qu’un chien, lors d’un contrôle de police, à un « passeport canin » accroché sur son harnais, ou encore leur impossibilité de sortir des États-Unis au risque de ne plus jamais y revenir, et se retrouver avec nulle part où aller. « Je n’ai jamais été en Palestine, je ne suis pas Palestinien là-bas, je ne suis pas Américain ici, je suis un réfugié sans nationalité », explique Mo dans la série.


Lire la suite sur RFI