Mixité scolaire : l'enseignante et essayiste Fatiha Agag-Boudjahlat plaide pour fermer des écoles "qui sont des poubelles"

·1 min de lecture

Dans son livre intitulé Nostalgériades, contraction des mots "nostalgie, Algérie et jérémiades", l’enseignante et essayiste Fatiha Agag-Boudjahlat prône une "mixité qui tire vers haut" dans les écoles. Professeure d’histoire-géographie à Marseille avant de s’installer à Toulouse, elle salue la politique du ministre de l’Education nationale Jean-Michel Blanquer en termes de mixité sociale et de laïcité à l’école. Fatiha Agag-Boudjahlat était l’invitée de Charles Villeneuve, dimanche, dans un grand entretien sur Europe 1.

"La mixité pourrait être profitable à tous, surtout dans une école", assure Fatiha Agag-Boudjahlat. L’enseignante et essayiste, se réclamant de la "gauche chevènementiste" assure pourtant qu’il ne faudrait pas "50% de pauvres ou de gens de couleur et 50% de Blancs. Mais 25%-75%". Dans quelle optique ? "Tirer vers le haut et créer de l'émulation", selon elle. Fatiha Agag-Boudjahlat se dit favorable à l'idée de fermer certaines écoles "qui sont des poubelles", quitte à ce que certains enfants rallongent leur temps de trajet pour se rendre en classe.

"Le ministre Blanquer est lucide et courageux"

Et, d’après l’enseignante, si cela n’est toujours le cas aujourd’hui, c’est à cause des hauts fonctionnaires en poste depuis de nombreuses années au sein du ministère de l’Education nationale. "Le ministre Blanquer est impeccable et solide sur toutes les questions de laïcité et de mixité. Il est lucide et courageux. Il a tout son ministère contre lui", avance Fatiha Agag...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles