"Non-mixité : face aux nouvelles attaques, rassembler les républicains des deux rives est d’une impérieuse nécessité"

·1 min de lecture

Francis Chouat, Najwa El Haïté et Yves Durand, du parti Territoires de progrès (TdP), estiment que la République est mise en danger par les discours xénophobes ou racialistes.

Francis Chouat, député de l’Essonne TdPNajwa El Haïté, avocat et déléguée adjointe TdPYves Durand, ancien député du Nord (PS) et président du conseil national TdPLes déclarations d’Audrey Pulvar sont scandaleuses. Elles sont d’autant plus inquiétantes qu’elles n’ont pas éclaté dans un ciel serein, mais dans un climat politique pollué par une accumulation d’attaques contre les principes républicains : manifestations portant atteinte à la laïcité, dérives d’un syndicat étudiant au sein duquel beaucoup d’entre nous avons milité, mise en cause personnelle d’universitaires sous prétexte qu’ils ne sont pas dans la ligne d’une minorité violente, volonté de certains de réécrire l’histoire.Ce qui est attaqué aujourd’hui, ce ne sont pas les institutions républicaines : personne ne réclame plus le retour d’un roi, mais le message d’universalisme que le France porte par la République. Ces attaques détruisent l’identité républicaine de la France construite de haute lutte, patiemment depuis des siècles, des lumières au XVIIe aux conquêtes des libertés individuelles au XIXe. Leurs auteurs voudraient engager la France vers une société communautariste à l’américaine étrangère à notre histoire et à notre avenir. Cela, nous ne l’acceptons pas."La France républicaine, c’est aussi un message au monde"La République...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

S'opposer ou laisser faire : les présidences d'universités face aux réunions en non-mixité

Dissoudre les associations pour réunions en non-mixité : l'amendement Unef mort-né ?

Unef : vive la "non-mixité"… Et la ségrégation ?

Grenoble, Notre-Dame, réunions en non-mixité... : l'Unef en 6 polémiques

Motion de défiance contre la direction de 20 Minutes : "On va droit dans le mur"