Sur la mission en Nouvelle-Calédonie, Valls dénonce le texte "ignoble et outrancier" de Mélenchon

Romain Herreros
Manuel Valls à l'Assemblée national en juin 2017.

POLITIQUE - Retour à l'envoyeur. Après que Jean-Luc Mélenchon a claqué la porte de la mission en Nouvelle-Calédonie pour ne pas avoir à siéger avec "l'ignoble Valls" vendredi 6 octobre, l'ancien premier ministre a réagi dans la soirée sur Twitter, dénonçant à son tour le ton "ignoble et outrancier" du leader de la France insoumise.

"Ignoble et outrancier texte de Mélenchon qui en claquant la porte de la mission Nouvelle-Calédonie, affiche son mépris pour les Calédoniens", a écrit Manuel Valls, dans une série de tweets.

Dans sa lettre au président de l'Assemblée, Jean-Luc Mélenchon rappelait notamment les propos sur les "white" et "blancos", saisis par une caméra en 2009, et dénonçait la "proximité" de l'ex-maire d'Evry "avec les dirigeants de l'extrême droite israélienne".

"Que vient faire Israël dans ce débat ? Quel lien avec l'islamisme radical ? Là encore, des raccourcis et allusions évidentes et délétères", rétorque Manuel Valls, qui insiste: "tous les républicains ont un devoir de vigilance face à ses thèses et prises de position. Personne ne peut laisser passer cela".


Trois jours plus tôt, le député des Bouches-du-Rhône avait lancé les hostilités, se plaignant (déjà) d'avoir à "siéger avec l'ignoble Valls". "Ici, qui vient-il trahir ?", avait taclé le leader de la France insoumise.

Retrouvez cet article sur le Huffington Post



En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages