La mission Mars Sample Return devient réalité : voici comment cela va se passer

·2 min de lecture

Le retour des roches martiennes se précise ! La Nasa a annoncé l'avancement du projet Mars Sample Return (MSR), qui devrait permettre de faire décoller de la Planète rouge les échantillons prélevés par Perseverance afin de les envoyer sur Terre. Le Jet Propulsion Laboratory, branche de la Nasa supervisant la mission Mars 2020, a ainsi indiqué que ce projet était en cours d'élaboration, en collaboration avec l'Agence spatiale européenne (ESA). Plusieurs paramètres sont à prendre en compte, tels que l'atterrissage d'un lanceur, la récupération des roches et leur retour, en passant par la décontamination des prélèvements.

Conceptualisation de la mission MSR : à gauche, Perseverance rejoint par le Sample Retrieval Lander à droite, l'Earth Return Orbiter dans le ciel et le rover chargé de récupérer les échantillons en arrière-plan. © Nasa, JPL-Caltech
Conceptualisation de la mission MSR : à gauche, Perseverance rejoint par le Sample Retrieval Lander à droite, l'Earth Return Orbiter dans le ciel et le rover chargé de récupérer les échantillons en arrière-plan. © Nasa, JPL-Caltech

L'ambitieux projet de retour des échantillons

La mission MSR a été initiée par la Nasa en 2020, en parallèle de l'envoi de la mission Mars 2020 en juillet de la même année. Pour parvenir à accomplir cette tâche d'une technicité extrême, le budget alloué à la Nasa a augmenté de 7 %, passant à 24,8 milliards de dollars annuels ; 9 % de cette augmentation seront destinés à la Direction de la Mission scientifique (Science mission directorate), chargée de la conception de Mars Sample Return.

Conceptualisation 3D de la mission MSR. © Nasa, JPL-Caltech

Celle-ci sera découpée en plusieurs parties : le Sample Retrieval Lander (SRL), appareil transportant un nouveau rover et un lanceur est déposé sur Mars au cours de la décennie à venir. L'astromobile serait alors déployée non loin de Perseverance afin de récupérer les tubes contenant les échantillons de roches dans son sillage. Une fois les prélèvements stockés grâce un bras robotisé, le rover reviendrait vers son point de départ afin de transférer les roches dans le lanceur. Ce dernier décollerait alors à une date estimée à 2028 pour effectuer un rendez-vous avec l'orbiteur crée...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles