Mission : Impossible - Rogue Nation (France 2) : les secrets des incroyables cascades de Tom Cruise

·1 min de lecture

Les autorités américaines contestent la légitimité de l'équipe de Mission Impossible et envisagent de la fermer purement et simplement. Pendant ce temps, Ethan Hunt enquête en solo sur le Syndicat, une organisation criminelle clandestine. En pleine forme, Tom Cruise mène Mission : Impossible - Rogue Nation, avec des cascades à couper le souffle. En voici les secrets.

La séquence inaugurale rivalise, par exemple, avec celle d’un James Bond. Située sur le tarmac d’un aérodrome de Biélorussie, on y voit Hunt sauter sur l’aile d’un avion, qui s’avance sur une piste. Il doit récupérer dans la soute un gaz toxique destiné à des terroristes. Mais le héros se retrouve bloqué sur le flanc de l’Airbus A400M en plein décollage ! Une scène garantie sans trucage : solidement harnaché, l’acteur s’est réellement accroché à la carlingue de l’appareil en vol à une vitesse estimée à 240 km/h. Il a fallu huit prises pour immortaliser cet exploit à 1 000 mètres d’altitude, tourné en hiver, par un froid glacial. L’acteur portait des lentilles spécifiques pour protéger ses yeux, car le moindre débris pouvait être mortel. Il craignait aussi d’être percuté par un oiseau, ou d’inhaler les gaz d’échappement des réacteurs !

Autre clou de ce blockbuster : la scène où l’espion tente d’empêcher l’assassinat du chancelier autrichien à l’opéra de Vienne, durant une représentation de Turandot, de Puccini. Dans les coulisses, Hunt se bat sur une poutrelle avec un tueur. Et cette bagarre, qui donne parfois le vertige, (...)

Lire la suite sur le site de Télé-Loisirs

The Lost City of Z (Arte) : l'incroyable destin de l'explorateur Percy Fawcett (VIDEO)
The Lost City of Z (Arte) : 3 raisons de regarder ce récit d'aventure épique inspiré d'une histoire vraie
Programme TV : les meilleurs films à voir ce dimanche 31 janvier
Justin Timberlake : du Mickey Mouse Club à sa vie de père comblé, il a bien changé ! (PHOTOS)
Big Fish (Salto) : pourquoi c'est le film le plus personnel de Tim Burton