Mission sur Encelade : « un retour d’échantillons va permettre de répondre à un nombre de questions fondamentales totalement incroyables »

·2 min de lecture

Depuis que les sondes Galileo et Cassini ont montré que Mars n'était peut-être pas le seul corps du Système solaire à avoir pu abriter une vie extraterrestre, la recherche d'une forme de vie se focalise au-delà de la zone d'habitabilité de notre étoile.

On a longtemps envisagé que Mars pourrait abriter une forme de vie primitive. Mais, aujourd'hui, il est difficile d'en imaginer une quelconque sur la surface de cette planète en raison d'un sol très oxydant et du rayonnement UV conjointement qui n'est pas fortement atténué par une couche d’ozone — exerçant un effet protecteur sur Terre — de sorte que toutes molécules organiques seraient rapidement détruites.

Mais si, aujourd'hui, la vie en surface n'est pas possible, cela n'a peut-être pas été le cas tout au long de l'histoire de la planète. Les scientifiques sont convaincus qu'il y a 4 à 3,5 milliards d'années, Mars pouvait abriter des écosystèmes analogues à ceux de l'Archéen terrestre. L'existence de formes de vie, au moins très simples sur Mars, au cours des 4,5 milliards d'années de son histoire, est donc un principe concevable selon de nombreux chercheurs.

Mais si la vie en surface est impossible, les scientifiques supposent que son sous-sol profond, en dessous de cinq kilomètres, pourrait héberger une vie endogée analogue à celle du sous-sol terrestre. Cependant, jusqu'à présent, si l'habitabilité de Mars est avérée, aucune preuve de vie éteinte ou en activité sur Mars n'a été trouvée. En attendant d’être capables de s’enfoncer aussi profondément, les scientifiques s'affairent davantage à découvrir les vestiges d’une forme de vie primitive éteinte, qui pourraient prendre la forme de fossiles ou d’effets induits sur l’environnement, plutôt qu’à déceler une forme de vie en activité.

Illustration de l'intérieur d'Encelade, petite lune de 504 km de diamètre gravitant autour de Saturne. Les données recueillies par Cassini suggèrent l'existence d'un océan d'eau liquide sous une épaisse écorce de glace dans la région...
Illustration de l'intérieur d'Encelade, petite lune de 504 km de diamètre gravitant autour de Saturne. Les données recueillies par Cassini suggèrent l'existence d'un océan d'eau liquide sous une épaisse écorce de glace dans la région...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles