Mission Artemis sur la Lune : la Nasa veut 35 milliards de dollars d'ici 2024

Rémy Decourt, Journaliste

Comme chaque année, la proposition de budget de la Maison Blanche pour la Nasa est très attendue car elle reflète les priorités nationales en matière de politique spatiale. Et cette année, s’appuyant sur les estimations et besoins budgétaires de la Nasa, l’administration Trump a présenté un budget de 25,2 milliards de dollars pour l’année 2021, en hausse de plus de 2,5 milliards de dollars par rapport au budget précédent.

Ce budget est un des plus importants depuis l’ère Apollo. Il souligne la volonté de l’administration Trump d’atteindre la Lune et Mars dans les délais impartis. Or, comme l'a récemment déclaré James Morhard, l'administrateur adjoint de la Nasa nommé par Donald Trump en juillet 2018, il en coûterait quelque 35 milliards de dollars aux États-Unis pour retourner sur la Lune dès 2024, nécessitant des augmentations régulières sur cinq ans pour atteindre l'objectif du président américain de faire atterrir des astronautes sur la Lune dès 2024.

Nasa : un projet de loi veut privilégier l’exploration de Mars

Sans surprise donc, le programme Artemis de retour sur la Lune est le grand bénéficiaire de ce budget et tous les projets entrants dans ce programme obtiennent les financements nécessaires. Cela comprend le développement d’un système d'atterrissage lunaire humain, les éléments initiaux de l’avant-poste lunaire LOP-G qui servira de point de départ pour l'exploration de la Lune puis de Mars et tous les équipements nécessaires pour vivre et travailler en sécurité sur la Lune qu’il serait trop long de détailler.

Le budget présidentiel fait également la part belle à l’exploration robotique et humaine de Mars en allouant près de 530 millions de dollars à de futures missions à destination de Mars telles que le retour d'échantillons martiens et une mission de cartographie des dépôts de glace d'eau à la surface de la planète qui pourraient être utilisés par de futures missions humaines.

Vue d'artiste de la future station spatiale lunaire Gateway. Cet avant-poste...

> Lire la suite sur Futura