Mission Artémis 1: derniers préparatifs pour la nouvelle fusée lunaire de la Nasa

AP - Terry Renna

Après plusieurs tentatives infructueuses, l’agence spatiale américaine va tenter une nouvelle fois ce mercredi 16 novembre de lancer sa nouvelle fusée, le SLS. Il s’agit de la première mission du programme Artémis visant un retour de l’homme sur la Lune.

De notre envoyé spécial en Floride,

« C’est une chance incroyable d’être ici. C’est l’histoire : c’est le nouveau programme Apollo. » Nous sommes encore à plusieurs jours du lancement, mais Ryan a déjà les yeux qui brillent. Lunettes de soleil sur le nez, un T-shirt Nasa sur les épaules, ce trentenaire passe son dimanche les pieds dans l’eau de l’océan Atlantique, sur la plage de Cocoa Beach à quelques encablures du centre spatial Kennedy. C’est ici, sur ce qu’on appelle la « Space Coast » floridienne, qu’il est venu depuis le lointain Colorado pour assister au lancement du Space Launch System (SLS), la nouvelle fusée lunaire de la Nasa. Comme lui, plus de cent mille Américains avaient fait le déplacement fin août lors de la première tentative de lancement. Une autre, tout aussi infructueuse, avait eu lieu fin septembre. Celle-ci sera la troisième campagne, et malgré les échecs précédents, les Américains se déplacent toujours en nombre : tous les hôtels de la région affichent complets malgré les prix stratosphériques.

Un nom tout trouvé pour l’ambitieux programme américain qui vise à poser à nouveau des astronautes sur notre satellite en 2025. Et pour cela, il faut une fusée puissante: « Nous allons mille fois plus loin que l’orbite basse terrestre où se trouve la Station spatiale internationale (ISS), et on doit tout embarquer : le vaisseau et tout ce dont ont besoin les astronautes », détaille Chris Cianciola.

Une histoire de moteurs


Lire la suite sur RFI