Les possibles missiles russes en Pologne s’invitent à l’Assemblée nationale

French Secretary of State for Citizenship Sonia Backes speaks during a session of questions to the government at The National Assembly in Paris on November 3, 2022. (Photo by Alain JOCARD / AFP)
ALAIN JOCARD / AFP French Secretary of State for Citizenship Sonia Backes speaks during a session of questions to the government at The National Assembly in Paris on November 3, 2022. (Photo by Alain JOCARD / AFP)

ASSEMBLÉE NATIONALE - Alors que l’Assemblée nationale examinait le texte de loi d’orientation et de programmation du ministère de l’Intérieur (LOPMI) ce mardi 15 novembre, Olivier Marleix, le président du groupe LR, a demandé au gouvernement des informations sur les événements en Pologne.

Dans la soirée, des informations faisaient état de deux missiles russes ayant touché la Pologne, Varsovie annonçant la mort de deux citoyens polonais.

Depuis l’hémicycle, Élisabeth Borne a fait passer un message par l’intermédiaire de Sonia Backès, secrétaire d’État chargée de la Citoyenneté, qui a lu directement depuis son smartphone (voir la vidéo ci-dessous) :

« En toute hypothèse, la Pologne peut compter sur la solidarité de la France. Le gouvernement suit de très près la situation sur le terrain en lien avec nos alliés polonais. Nous vous tiendrons au courant au fur et à mesure des informations que nous recevons. »

Macron a « pris contact avec les autorités polonaises »

Par ailleurs, Emmanuel Macron a « pris contact avec les autorités polonaises » et « se tient au courant de la situation », a déclaré ce mardi soir l’Élysée à l’AFP.

« Il explore la possibilité d’une discussion dès demain matin au niveau des leaders » pour « analyser les risques » et « prévenir une escalade du conflit », « compte tenu de la présence de tous nos grands partenaires européens et nos grands partenaires alliés au G20 », réuni en sommet en Indonésie, où se trouve également le président français, a ajouté la présidence française.

La seconde journée du G20 ce mercredi « sera un moment important pour sensibiliser nos grands partenaires comme le président de la République le fait depuis le début de la guerre », a relevé l’Élysée.

Le chef de l’État a demandé « de mener les vérifications nécessaires afin d’établir les faits en consultation étroite avec la Pologne et ses alliés au sein de l’Otan », a-t-on indiqué au ministère des Armées.

À voir également sur Le HuffPost :

Lire aussi