Les missiles américains seraient obsolètes en cas de guerre nucléaire

·1 min de lecture

Ne pas moderniser les missiles nucléaires américains affaiblirait grandement la force de dissuasion des États-Unis et nuirait gravement à la réputation du pays. C’est l’alerte lancée par Eric S. Edelman, l’ancien sous-secrétaire à la Défense, rejoint par d’autres spécialistes militaires en réponse à la décision de Joe Biden d’arrêter le développement de nouveaux missiles atomiques. La création d'une telle technologie coûterait plus d’un milliard de dollars au Pentagone. L’argent économisé serait réinvesti pour développer un vaccin universel contre le coronavirus.

Washington a donc demandé à l’US Army de trouver un moyen peu coûteux pour allonger la durée des missiles intercontinentaux Minuteman III jusqu’en 2050. Or le site Bulwark affirme que ces engins datant des années 60 ne pourront être maintenus en bon état jusqu’en 2030 maximum. Pire encore, ces derniers seraient déjà obsolètes par rapport aux missiles russes et chinois devenus hypersoniques et plus furtifs. Selon Eric S. Edelman, les 400 silos contenant les Minuteman III jouent encore un rôle majeur dans la dissuasion nucléaire américaine. En cas de guerre totale, ces missiles peuvent être activés quelques minutes seulement après un ordre de Joe Biden.

>> À lire aussi - Découvrez le Zircon, le nouveau missile hypersonique de la Russie

Selon le think tank conservateur The Heritage Foundation, se priver de ces silos diminuerait la puissance et la réactivité de la dissuasion nucléaire de l’oncle Sam qui perdrait sa composante (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Vaccination : un couple héraultais a réussi à prendre près de 800 rendez-vous
Emmanuel Macron prendra la parole d'ici la fin du mois pour présenter un calendrier de réouvertures
Les salaires des personnels de santé revalorisés, les nouvelles modalités pour mettre votre employé à domicile en activité partielle… Le flash éco du jour
Le premier "vaccidrive" de France a ouvert à Montpellier
Les délinquants devront bientôt abandonner leur cash pour rembourser leurs dettes