Missile en Pologne : selon la Belgique, l'explosion serait due aux "systèmes ukrainiens de défense anti-aérienne"

Le site de Przewodow, en Pologne, où a atterri un missile  - AFP
Le site de Przewodow, en Pologne, où a atterri un missile - AFP

Mardi, deux personnes sont mortes dans le village polonais de Przewodow après qu'un missile se soit abîmé dans les airs.

L'explosion qui a tué deux personnes dans l'est de la Pologne serait le résultat de systèmes ukrainiens de défense anti-aérienne, utilisés pour "contrer des missiles russes", a déclaré mercredi la ministre belge de la Défense, Ludivine Dedonder.

La ministre a évoqué plusieurs "explosions" sur le territoire polonais, survenues pendant le bombardement massif de l'Ukraine par la Russie.

"Des explosions ont été observées en Pologne, dans la zone frontalière avec l'Ukraine. À ce stade et sur base des informations disponibles, il s'agirait de débris de missiles russes et de missiles ukrainiens de défense anti-aérienne qui ont touché le sol polonais", a ajouté la ministre dans un communiqué.

Des analyses toujours en cours

"Les analyses sont encore en cours pour déterminer avec certitude aussi bien l'origine des tirs ainsi que les objectifs que ces missiles devaient atteindre. Sur base des informations disponibles actuellement, rien n'indique néanmoins qu'il s'agisse d'une attaque délibérée sur un ou des objectifs polonais", a-t-elle estimé.

L'Ukraine a accusé la Russie d'avoir touché le territoire polonais par un tir de missile. Le service de renseignement belge "reste en contact direct avec les services partenaires de l'Otan", a souligné la ministre belge, qui a appelé à la prudence sur les conséquences à tirer de l'incident.

"Dans ces circonstances, il est important de rester calme dans notre expression. La Belgique continuera à soutenir l'Ukraine, son armée et sa population. Dans le même temps, nous continuons à appeler à la désescalade et à la cessation immédiate de l'invasion russe", a-t-elle déclaré.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Général Dominique Trinquand : "L’utilisation de l’arme nucléaire ? Je n’y crois pas"