Miss Provence insultée, ou le signe d'un antisémitisme banalisé

Par Rafaël Amselem*, Lucien Guyon**, Thomas Leroux*** et Alana Daraï****
·1 min de lecture
L'élection comme première dauphine de miss France d'April Benayoum, qui avait révélé que son père était d'origine israélienne, a suscité de nombreux commentaires antisémites notamment sur Twitter.
L'élection comme première dauphine de miss France d'April Benayoum, qui avait révélé que son père était d'origine israélienne, a suscité de nombreux commentaires antisémites notamment sur Twitter.

En ce samedi 19 décembre 2020, April Benayoum ? alias Miss Provence ? aurait dû demeurer dans l'histoire anecdotique des concours de beauté. C'est cependant pour des raisons autrement plus tristes que son nom devint pour une nuit le symbole effervescent d'une incurable engelure française : l'antisémitisme.

Sa constance est marmoréenne et il n'est jamais las de ses arguments : « les Juifs dominent le monde », « les Juifs sont intéressés », et de conclure après ces anathèmes, sans lien sinon la haine, qu'Hitler aurait dû en finir ou que la nature a fait du Juif et de la corruption une seule et même déviance. Ce samedi, donc, un simple concours de beauté voyait ressurgir, en raison des origines israéliennes d'une candidate, le brûlot d'hostilités envers les Juifs via une litanie de tweets nauséabonds.

Lire aussi Attaques antisémites contre Miss Provence : « Ça ne me touche absolument pas »

La modernité a accouché d'une situation paradoxale, mise en lumière par l'actualité de Miss France : les populations juives françaises, initialement les cibles historiques de l'extrême droite ? dans le sillage de Maurras et Barrès ? subissent désormais un silence venu de la gauche quant à leurs souffrances.

Certes, rien de nouveau sous le soleil. « L'antisémite de gauche reproche aux Juifs d'être les géants du capitalisme », disait Herbert Pagani. C'est ainsi qu'une nouvelle hostilité envers les Juifs naquit simultanément avec l'émergence de certains mouvements ouvriers, associ [...] Lire la suite