«Miss Marx», l’histoire de la fille de l’auteur du «Capital»

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Avec Miss Marx, l’Italienne Susanna Nicchiarelli, 46 ans, s’attache au destin d’Eleanor Marx, la fille de l’auteur du Capital, qui s’est suicidée à l’âge de 43 ans.

Qui connaît mademoiselle Marx ? Cinq ans après son biopic de Nico, la chanteuse du Velvet Underground, Susanna Nicchiarelli se penche sur un autre destin tragique, celui de la fille cadette de Karl Marx. Plus de 80 ans séparent les deux femmes, mais un fil ténu les relie, la malédiction de l’égérie ou, disons, de l’héritière. Quelle voie choisir, quel sillage tracer quand la statue du père est si écrasante ?

Eleanor Marx consacra sa vie à étendre l’héritage politique et philosophique de Karl en traduisant, entre autres, Das Kapital en anglais ; elle fut aussi une ardente féministe. Le film la suit dans ses combats, manifestations de suffragettes britanniques, visites d’usines et atroces visions de misère ordinaire, dans l’Angleterre de la révolution industrielle.

Il se rapproche aussi de la femme privée, car Eleanor Marx fut la compagne d’Edward Aveling, sympathisant marxiste et escroc notoire, qui la précipita dans un cauchemar de dettes et d’infidélités. C’est cela qu’entend filmer Susanna Nicchiarelli, le hiatus entre visage public et vie privée, esprit de révolte et soumission domestique. C’est une belle ambition, portée par le rock néo punk des Downtown Boys.

► À lire aussi : Mikhaël Hers: «Les Passagers de la nuit» ou comment faire renaître une époque

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles