Une Miss Liban perd son titre à cause d'une photo avec Miss Israël

Thomas Louisy
Miss Israel et Miss Liban posent ensemble pendant la préparation de Miss Terre 2018, aux Philippines.

POLÉMIQUE - Une image symbolique qui ne passe pas au Moyen-Orient. Pendant la préparation du concours de Miss Terre 2018, qui se déroule le 3 novembre prochain aux Philippines, deux concurrentes ont posé ensemble le temps d'une photo. Une initiative qui a coûté la place à l'une des deux jeunes femmes.

Sur ce cliché, Salwa Akar (Miss Liban, à droite) et Dana Zriek (Miss Israël, à gauche) se tiennent côte à côté dans un hôtel, souriantes et faisant le "V" de la victoire avec leur main. Mais la diffusion de cette photo a déclenché une vive polémique et la candidate libanaise a été disqualifiée par son pays, comme le rapporte la journaliste Noga Tarnopolsky sur son compte Twitter.

"Le Liban a privé Miss Liban, Salwa Akar, de son titre après ce selfie avec Miss Israël, Daza Zreik"

Deux semaines avant la finale de ce concours engagé pour l'environnement, la société "Al-Sawsan", dirigée par Sawsan el Sayed, organisatrice du voyage de la candidate, a décidé de lui retirer son écharpe. "Ma société organise des concours de beauté depuis 25 ans, et je n'accepte pas ce genre de comportements" rapporte-t-elle à L'Orient-Le Jour. Pour la directrice libanaise et ancienne Miss, "il y a une hostilité historique entre le Liban et Israël, non seulement au niveau militaire, mais également au niveau culturel et dans les concours de beauté".

Une situation délicate pour Salwa Akar qui a affirmé à sa directrice que "sa rivale israélienne lui avait parlé directement en arabe et qu'elle ignorait sa nationalité". La jeune femme de 26 ans a réagi à sa disqualification dans un message publié sur Instagram.

Salwa Akar, l'ex-Miss Liban réagit à sa disqualification au titre de Miss Terre 2018

"Je n'ai pas besoin d'un titre pour être moi-même. Je suis la paix, et je terminerai ce que j'ai commencé, avec ou sans votre soutien et votre amour... Dieu est toujours à mes...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post