Miss France : attaqué aux Prud'hommes, le concours change ses règles

·1 min de lecture

Un contrat de travail pour les candidates à Miss France. C'était la principale revendication de l'association "Osez le féminisme", également très critique du principe de concours de beauté et des critères de sélection des candidates. L'association féministe avait annoncé en octobre dernier attaquer l'organisation Miss France aux Prud'hommes pour violation du droit de travail. Miss France annonce que les Miss régionales dès cette année auront finalement un contrat de travail.

>> Retrouvez les journaux des médias tous les matins à 9h10 sur Europe 1 ainsi qu’en replay et en podcast ici

Tatouages et célibat

Les Miss régionales, qui sont cette année au nombre de 29, concourront au titre de Miss France le 11 décembre prochain. L'annonce de la mise en place de contrats de travail pour les candidates a été faite mercredi, lors de la conférence de presse de présentation de l'émission, par la productrice et nouvelle présidente de la société Miss France, Alexia Laroche Joubert. Elle n'a pas donné de détails sur le montant de la rémunération, ni les conditions. 

Face aux critiques de l'association "Osez le féminisme", Alexia Laroche Joubert a reconnu qu'il fallait moderniser le concours. Elle admet que sur les tatouages, l'organisation Miss France a pu être "restrictive". Tout comme sur l'usage du terme juridique "célibataire". La productrice a regretté ne pas pouvoir discuter avec les féministes. "Elles ne veulent qu'une chose : tuer le concours", a-t-elle estimé.

...
Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles