Miss France 2021 : quand le rêve tourne au cauchemar

Par Marc Fourny
·1 min de lecture
Amandine Petit lors de son sacre.
Amandine Petit lors de son sacre.

Qui a dit que le fauteuil de Miss France était une sinécure ? La nouvelle reine de beauté doit en tout cas trouver sa couronne bien lourde depuis son élection le 19 décembre dernier? Alors qu'elle était à peine sacrée, les polémiques ne cessent de s'enchaîner, la dernière en date concernant une sortie en Moselle pour une séance de dédicace dans un supermarché, vite pointée du doigt en pleine période de pandémie. La foule compacte entourant le podium ne passe pas, alors que le gouvernement a empêché tout rassemblement pour les fêtes de fin d'année et que les restaurateurs continuent de payer le prix fort pour éviter justement toute concentration en huis clos?

Un faux pas vite dénoncé sur les réseaux sociaux et sur les médias, à l'image du médecin urgentiste Patrick Pelloux qui a qualifié cette initiative de « pathétique ». Même critique du côté de Michel Cymes sur le plateau de C à vous ce lundi : « Ce n'était pas le moment, on pouvait attendre un peu avant de faire ce genre de choses, a jugé le médecin animateur. On évite les regroupements, il aurait mieux valu s'en passer? » Un vrai pataquès qui a contraint Sylvie Tellier, la patronne des Miss, à monter au créneau pour éteindre l'incendie, tout en présentant ses excuses.

La fête est finie

Et elle qui pensait avoir vécu le pire en gérant une élection compliquée par la pandémie et les attaques incessantes de Geneviève de Fontenay? Dès le lendemain du sacre, alors qu'elle chaperonne de près la nouvelle élue, la [...] Lire la suite