Miss France 2020 : la déchirante histoire de famille de Miss Auvergne

Le vendredi 18 octobre, Meissa Ameur était élue Miss Auvergne 2019 à l'espace Saphir de Montluçon. Si une telle victoire aurait pu être un moment d’immense joie pour la plupart des jeunes femmes, ses sentiments étaient plus ambivalents. La veille de son sacre, la reine de beauté avait dit adieu au premier homme de sa vie : « Mon père est décédé mi-octobre, a-t-elle confié à TV Mag. Il se battait contre un cancer depuis cinq mois. Il a toujours été mon premier fan, il m’accompagnait partout. » S’il avait été à ses côtés dans ses compétitions de miss, présent pour l’accompagner dans la réalisation de ses rêves, il ne pouvait malheureusement plus la suivre dans la dernière ligne droite : « Quelques heures avant son décès, il ne pouvait plus parler, plus rien faire. » Mais en puisant dans les forces qui lui restaient, il a réussi à faire un geste qui restera à jamais gravé dans la mémoire de Meissa Ameur.

Un soutien indéfectible, jusqu’au bout

Avant de s’éteindre, le père de la candidate lui a laissé un mot : « Il m’a juste écrit sur un bout de papier le nombre 18, a-t-elle raconté à TV Mag. Cela correspondait au jour de mon élection de Miss Auvergne que j’ai finalement remportée. Il ne l’a pas vue, il est décédé quelques jours plus tôt, nous l’avons enterré la veille. » L’ambitieuse Meissa Ameur, qui fait désormais partie des 30 candidates en lice pour le titre de Miss France 2020, compte aller jusqu’au bout et décrocher la couronne pour son père. « Aujourd’hui, je lui rends hommage.

Retrouvez cet article sur Voici

PHOTO Clara Morgane ultra sexy sous le sapin, c’est déjà Noël pour les internautes
PHOTO Valérie Trierweiler émue par le mariage de son fils Léonard à New York
VIDEO L’amour est dans le pré 2019 : un couple emblématique a frôlé la rupture (et ce n’est toujours pas gagné)
VIDEO Cyril Hanouna : comment l’animateur a perturbé un concert de Kendji Girac
VIDEO Anne Nivat défend à nouveau son mari Jean-Jacques Bourdin, traité de "filou" par Brune Poirson