Miss America, le groupe qui monte : un son très rock, ambiance guerre froide

Marie Pujolas
Un son efficace, de jeunes musiciens talentueux, "Miss America" poursuit sont ascension. Les observateurs du milieu rock prédisent une grande carrière au groupe, originaire de Nice. Un son très rock, et une image très travaillée : un mélange USA/URSS assumé, ambiance guerre froide. Après avoir écumé les festivals l'an dernier, Miss America repart en tournée et prépare son premier album.

Rencontre à Nice avec le groupe rock qui monte. Miss America a investi le palais Nikaïa pour tourner son dernier clip. L'occasion de découvrir la voix rauque du chanteur Tommy Roves, ainsi que les 3 autres membres du groupe, tous musiciens, auteurs et interprètes. 

Reportage : E. Cornet / A. Berthiau / S. Lacombe
En écoutant Miss America, on plonge dans l'univers rock'n roll des années 70 et 80. Un son efficace, des guitares et une batterie très présentes, et une voix atypique et puissante. Les fans de Led Zeppelin, de Guns'N Roses ou d'AC/DC devraient apprécier. Mais en jeunes musiciens du 21e siècle, les quatre membres du groupe (2 garçons et 2 filles), n'ont pas oublié de travailler la forme et l'image. Un mélange de look américain et d'ambiance russe avant la chute du mur de Berlin qui séduit aussi les (dejà) nombreux fans du groupe. 

Un groupe taillé pour la scène

Miss America maîtrise la forme, mais aussi le fond. Ces musiciens aguerris font le show avec leurs looks décalés. Un vrai groupe de scène. L'année dernière, ils ont enchaîné les festivals et les premières parties de groupes comme les Insus ou Johnny Hallyday. 80 000 personnes les ont ainsi découverts sur scène.  
Miss America reprend la route des festivals cet été. A voir notamment le 5 mai au Festiv'art d'Amiens, le 9 juin au Download festival à Paris. Pour la fête de la musique, le 21 juin prochain, vous pourrez les applaudir à Grimaud, dans le Var. Les autres dates de leur tournée sont à découvrir sur leur site officiel. 

Retrouvez cet article sur Culturebox.fr

Déjà la fin pour "les Insus" ?
Europa Jazz : Louis Sclavis, le fidèle
Gorillaz : le dessinateur Jamie Hewlett nous livre ses goûts et inspirations
Michel Polnareff réclame 300.000 euros à son producteur pour diffamation

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages