Misokinésie : souffrez-vous de ce trouble qui touche une personne sur trois ?

38% des sondés assurent avoir déjà ressentis des pensées négatives en voyant une personne s’agiter autour d’eux (Getty Images/iStockphoto) (Getty Images/iStockphoto)

Certaines personnes ne supportent pas les mouvements répétitifs de leur entourage. Un trouble qui entraîne des conséquences au quotidien.

Vous trouvez que votre entourage remue tout le temps ? Vous ne supportez plus leurs mouvements ? Une personne qui gigote vous agace ? Vous souffrez peut-être de misokinésie. Venu du grec, ce terme peut se traduire par la détestation des mouvements, comme l'explique le site Au Féminin.

Selon une étude réalisée en 2021 par des chercheurs de l’Université de la Colombie-Britannique, au Canada, ce trouble concernerait une personne sur trois. Les scientifiques qualifient cette haine des mouvements comme un phénomène psychologique avec une forte réponse affective ou émotionnelle négative à la vue des petits mouvements répétitifs de quelqu'un d'autre, comme voir quelqu'un gigoter sans réfléchir, remuer sa jambe, etc. Dans le cadre de cette étude, le comportement de 2 751 personnes, âgées de 17 à 66 ans, a été analysé. Résultat ? 38% des sondés assurent avoir déjà ressenti des pensées négatives en voyant une personne s’agiter près d’eux.

Des conséquences émotionnelles

Avec des conséquences néfastes pour ceux qui en souffrent. En effet, les chercheurs pointent un "impact émotionnel négatif" et une "diminution du plaisir dans les situations sociales, au travail et dans les environnements d'apprentissage". Il existe plusieurs degrés dans l'expression de ce trouble.

Comment expliquer ce phénomène ? Les chercheurs évoquent le rôle des neurones miroirs. Ces derniers s'activent quand nous bougeons mais également quand nous voyons quelqu'un bouger près de nous. Par exemple, ces neurones sont ceux qui provoquent le mimétisme et provoquent l'envie de reproduire un bâillement. "Cela expliquerait non seulement pourquoi les sensibilités à la misokinésie pourraient être exclusives au mouvement humain", note l'étude. D'autres recherches sont nécessaires pour mieux comprendre le phénomène derrière la misokinésie.

VIDÉO - Qu'est-ce que le "syndrome de l'homme raide" dont souffre Céline Dion?