Mises à l'honneur ce 11 novembre, quelles sont les OPEX menées par la France?

Le HuffPost avec AFP
Deux soldats français photographiés au mois de mars au Mali. 

11 NOVEMBRE - 549. C’est le nombre de soldats “morts pour la France”, selon l’expression consacrée, en opérations extérieures depuis 1963. Ce lundi 11 novembre, Emmanuel Macron va honorer leur sacrifice lors de l’inauguration d’un mémorial situé au parc André Citroën, dans le 15e arrondissement de Paris. À quelques centaines de mètres de l’“Hexagone Balard”, quartier général du ministère des Armées. 

Ce mémorial comprend une statue représentant six militaires portant un cercueil invisible, pour symboliser l’ensemble des armées. “Je suis vraiment très heureuse que ce mémorial pour les soldats morts en opérations extérieures puisse être inauguré le 11 novembre, je me suis battue pour cela, le symbole est fort”, s’est félicitée la secrétaire d’État auprès de la ministre des Armées, Geneviève Darrieussecq, en rappelant que “le 11 novembre est la fête de tous les combattants”.

158 morts au Liban

Ces opérations -dont la première d’entre elles au Tchad en 1969-71 - ont d’abord été menées dans le cadre d’accords de défense avec les ex-colonies françaises ou pour la protection et l’évacuation de ressortissants français et étrangers comme à Kolwezi au Zaïre (aujourd’hui RDC) en 1978.

Après la fin de la Guerre froide en 1989, les opérations sous mandat international (ONU,UE, OTAN) se sont multipliées, en Irak (guerre du Golfe en 1990-91), en ex-Yougoslavie (1992-95), en Afghanistan (2002-2013) ou en Libye (2011).

Les plus meurtrières d’entre elles pour l’armée française ont eu lieu au Liban (158 militaires décédés, dont 58 parachutistes dans l’attentat du poste Drakkar à Beyrouth en 1983), au Tchad (158), en ex-Yougoslavie (116 morts) et en Afghanistan (88 morts). Depuis l’intervention au Mali, elles sont surtout placées sous le signe de la lutte contre le terrorisme.

Tour d’horizon, non exhaustif, dans le diaporama ci-dessous.

Quelque 600 proches des militaires morts pour la France sont attendus à la...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post