Mise en orbite d'Al-Amal, satellites en bois et balles de plomb : l'actu des sciences en ultrabrèves

·2 min de lecture

Dans cette sélection du 9 février 2021 : la sonde émiratie Al-Amal a réussi sa mise en orbite martienne aujourd'hui, des satellites en bois devraient être testés et les balles de plomb pourraient être interdites.

L'actualité des sciences du 9 février 2021, c’est :

En espace : .

  • La sonde des Émirats arabes unis Al-Amal a réussi ses manœuvres d'insertion en orbite martienne aujourd'hui.

  • Une manœuvre complexe, qui a déjà été échouée par plusieurs.

  • Son but est de fournir les premières images complètes de l'atmosphère de Mars afin de la cartographier et étudier la dynamique de ses phénomènes climatiques.

En exploration :

  • Les satellites actuels laissent des particules de métal dans l'atmosphère.

  • Une équipe japonaise prévoit ainsi que construire des satellites en bois pour diminuer cette pollution.

  • L'avantage ? Pouvoir se consumer entièrement et être perméable aux ondes électromagnétiques.

En pollution :

  • L'agence européenne des produits chimiques propose de bannir l'usage de chevrotines et munitions de chasse et articles de pêche contenant du plomb car ils dispersent le métal toxique dans l'environnement.

  • Selon l'agence, chaque année, 127 millions d’oiseaux sont menacés d’être empoisonnés par l’ingestion de billes de grenailles et le développement neurologique d'un million d’enfants est menacé par la consommation de gibier.

  • A la place, des balles en acier, en bismuth et en tungstène sont proposées.

En archéologie :

  • Une tombe découverte en 1934 dans la ville de Bad Dürrenberg cache un trésor du Mésolithique : la "Chamane de Bad Dürrenberg", morte il y a 8500 ans et enterrée avec une impressionnante quantité d'objets.

  • Les restes d'un cerf a été retrouvé à ses côtés, ainsi qu'un enfant entre ses jambes.

  • Des analyses neurologiques laissent penser que la femme était chamane.

En cerveau et psy :

  • Le 13 janvier 2012, le bateau de croisière Costa Concordia échoua sur les côtes italiennes.

  • L'abandon du navire par le capitaine et les problèmes de communications entre le personnel entraînèrent un besoin d'improvisation de la part des passagers.

  • Une étude montre que ceux-ci ont surtout réagi en étant solidaires, un phénomène psychologique relié à une identité sociale partagée.[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi