La mise en garde de Valls contre le "ni-ni"

Manuel Valls était l'invité de Ruth Elkrief sur BFMTV ce jeudi soir. L'ancien Premier ministre a appelé à une victoire à la "plus ample possible" d'Emmanuel Macron. Il a aussi blâmé les partisans de l'abstention et du vote blanc au second tour.

Face à Ruth Elkrief ce jeudi, Manuel Valls a dit et répété son souhait d'assister à la victoire "la plus ample et large" possible d'Emmanuel Macron au second tour de la présidentielle: "Il faut faire en sorte que le 7 mai Emmanuel Macron fasse le plus grand score possible. (...) Il faut faire en sorte qu’il y ait le rassemblement le plus large des progressistes pour que l’essentiel soit préservé: la France et la République." Il considère ainsi qu'il a eu "raison d’appeler à voter Emmanuel Macron dès avant le premier tour car il lui fallait la meilleure dynamique."

Il s'est également engagé contre un réflexe électoral "ni Le Pen-ni Macron" allant vers un vote blanc ou l'abstention, alors même que des mouvements lycéens et jeunes ont manifesté en ce sens dans plusieurs villes de France ce jeudi: "Ce n’est pas parce qu’on est lycéens qu’on peut raconter n’importe quoi. Je me souviens à 16 ans j’avais défilé à Barcelone en 1976 dans les premières manifestations après la mort de Franco." Il a ensuite poursuivi: "A 16 ou 17 ans, on mettrait sur le même plan la tentation populiste et fasciste et un candidat progressiste comme Emmanuel Macron?" Il en a d'ailleurs profité pour s'en prendre au silence de Jean-Luc Mélenchon.

"Il ne suffit pas de voter contre"

Pour l'ancien chef de gouvernement, il ne suffit d'ailleurs pas de voter "contre" mais il faut voter "pour". Il a ainsi...

Lire la suite sur BFMTV.com

A lire aussi

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages