Mise au pas. À l’issue des “élections des patriotes” à Hong Kong, l’opposition a cessé d’exister

·1 min de lecture

Les Hongkongais étaient appelés dimanche 19 décembre à renouveler leur Conseil législatif en vertu d’un système ne laissant plus de place à des candidats non acquis à Pékin. Moins d’un électeur sur trois s’est déplacé pour voter.

Il a fallu attendre 11 heures (heure locale) ce lundi 20 décembre pour que l’ensemble des bulletins de vote aient fini d’être dépouillés, rapporte le site Hong Kong Free Press. Pour autant, aucune surprise n’était attendue. “Tous les candidats modérés, à l’exception d’un seul, ont perdu, offrant au camp pro-Pékin une victoire écrasante”, commente le South China Morning Post.

À lire aussi: Contrôle. Pékin exige que seuls des “patriotes” soient admis à gouverner Hong Kong

Ce scrutin, organisé pour la première fois après la refonte, en mars dernier, du système électoral, présentait très peu d’enjeux. Et ce à double titre : seuls des candidats “patriotes”, en d’autres termes loyaux à Pékin, pouvaient s’y présenter et seuls 20 élus du Legco, le Conseil législatif de la région spéciale administrative (RAS), étaient désignés au suffrage universel. Les 70 restants sont choisis par des comités acquis au régime chinois.

“Une campagne vigoureuse”

Voilà pourquoi un grand nombre de Hongkongais ont préféré le boycotter. Hong Kong Free Press parle d’

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles