Mis en examen, Éric Dupond-Moretti garde "toute la confiance" de Jean Castex

·3 min de lecture
Éric Dupond Moretti et Jean Castex sur le site de la prison Lutterbach (Haut-Rhin) au mois d'avril (illustration) (Photo: SEBASTIEN BOZON via AFP)
Éric Dupond Moretti et Jean Castex sur le site de la prison Lutterbach (Haut-Rhin) au mois d'avril (illustration) (Photo: SEBASTIEN BOZON via AFP)

POLITIQUE - Non, la jurisprudence Balladur ne s’appliquera pas au ministre de la Justice. Dans la foulée de la mise en examen d’Éric Dupond-Moretti par la Cour de Justice de la République pour “prise illégale d’intérêts”, Matignon a diffusé un communiqué indiquant que Jean Castex ne débarquerait pas le garde des Sceaux du gouvernement.

“Le Premier ministre prend acte de la mise en examen du Garde des Sceaux, ministre de la Justice, par la commission d’instruction de la Cour de justice de la République en raison de sa décision d’ouvrir deux enquêtes administratives dans le prolongement de premières inspections ou vérifications initiées par Nicole Belloubet”, note le communiqué, soulignant que l’ouverture de telles enquêtes constitue “un acte courant dans la gestion d’une administration”.

“C’est d’ailleurs précisément pour prévenir tout risque de conflit d’intérêts au moment où la question des éventuelles suites, notamment disciplinaires, pouvait se poser qu’un décret a été pris avant la remise des rapports pour confier cette responsabilité au Premier ministre”, justifient encore les services de Matignon, soulignant qu’au regard de ces éléments, Éric Dupond-Moretti conservait son poste au sein du gouvernement.

Dupond-Moretti échappe à la règle promise par Macron

“Les actes à l’origine de cette procédure s’inscrivant donc dans le cadre normal d’exercice des prérogatives ministérielles du Garde des Sceaux, le Premier ministre lui renouvelle toute sa confiance et lui demande de poursuivre l’action de réforme et de confortement des moyens accordés au service public de la Justice”, note encore le document diffusé quelques minutes à peine après sa mise en examen.

En d’autres termes, Éric Dupond-Moretti ne quittera pas le gouvernement, alors que plusieurs ministres ont, depuis le début du quinquennat, dû démissionner avant même leur mise en examen, à l’image de François Bayrou, Richard Ferrand, Marielle de Sarnez, Sylvie Goulard ou François de Rugy.

Des démissions qui correspondaient aux déclarations faites par Emmanuel Macron lors de la campagne en 2017, lequel avait averti que les ministres en délicatesse avec la justice devaient démissionner. Un règlement davantage moral que légal qui, quatre ans plus tard, ne tient plus... pour le ministre de la Justice.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

La majorité fait bloc

En plus de la confiance “renouvelée” du Premier ministre, le ministre de la Justice peut compter sur le soutien sans faille de la majorité. ”Éric Dupond-Moretti est présumé innocent. Et un excellent Garde des Sceaux. Ce n’est pas au syndicat de la magistrature de choisir son ministre”, a commenté le président des Affaires économiques de l’Assemblée nationale, le député LREM Roland Lescure.

“Cette mise en examen n’est pas une surprise. Elle est même la seule cohérence d’une mascarade dont personne n’est dupe. Cette déclaration de guerre dès le jour de sa nomination n’a pas empêché Éric Dupond-Moretti de devenir un grand ministre, et espérons pour notre justice, de le rester”, a renchéri la députée de Paris Laetitia Avia.

Même tonalité du côté du député MoDem des Yvelines Bruno Millienne.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

À voir également sur Le HuffPost: Dupond-Moretti fustige les “irresponsables” qui “jouent avec l’État de droit” chez LR

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles