Avec "Les Misérables", les Américains "découvrent les ghettos en France"

Louise Wessbecher
Les Misérables sort en salle ce mercredi 20 novembre et intéresse outre-Atlantique.

CINÉMA - L’œuvre de Victor Hugo a largement dépassé les frontières de la France. “Les Misérables” de Ladj Ly pourrait bien en faire de même. S’il décrit le quotidien des habitants de la cité des Bosquets à Montfermeil, l’impact du film se ressent déjà bien au-delà de la Seine-Saint-Denis, jusqu’à Hollywood.

“Si je voulais toucher un plus large public, je me suis dit qu’il était temps que je me mette à la fiction”, raconte Ladj Ly au HuffPost lorsqu’on le rencontre à quelques jours de la sortie du film, au cinéma ce mercredi 20 novembre. Alors après des années de “copwatching” à filmer les descentes de police dans son quartier et le documentaire “365 jours à Clichy-Montfermeil” pendant les émeutes de 2005, le réalisateur du collectif Kourtrajmé signe son premier long-métrage.

Un parcours du combattant

Dans “Les Misérables”, Ladj Ly raconte le quotidien d’un jour chaud d’été dans la banlieue parisienne où une interpellation dérape lorsque trois flics de la BAC blessent gravement un enfant du quartier. Lorsqu’ils lèvent les yeux, ils découvrent qu’un drone a filmé toute la scène...

Pour un premier film, “Les Misérables” a déjà beaucoup fait parler de lui. En mai dernier, le drame concourrait en sélection officielle au Festival de Cannes aux côtés de cinéastes bien plus installés comme Ken Loach, Quentin Tarantino ou Terrence Malick. Qualifié de “claque” par la presse française et internationale, le premier long-métrage de Ladj Ly repartait de la Croisette une palme de Prix du jury sous le bras.

“Il y a encore un an, on n’était même pas sûr de le faire ce film, on a eu beaucoup de mal à le monter”, se souvient Ladj Ly. Avec ses co-scénaristes Giordano Gederlini et Alexis Manenti, il assure être passé par un vrai “parcours du combattant” pour voir naître ce film. “Les sujets engagés, c’est toujours très compliqué au cinéma”, souffle-t-il.

 

Fort de son histoire dure mais racontée avec justesse, où le spectateur s’attache tour à tour aux enfants délaissés comme aux flics qui...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post