"Minuit dans l'univers" : George Clooney convainc à moitié dans un film apocalyptique sur Netflix

Jacky Bornet
·1 min de lecture

Avec dix réalisations au compteur en 18 ans, et de belles réussites comme Good Night and Good Luck (2005), George Clooney a concrétisé son passage derrière la caméra. L’acteur a déjà tâté de la science-fiction dans Batman & Robin, Solaris, Gravity et A la poursuite de demain. Avec Minuit dans l'univers il adapte le roman éponyme de Lily Brooks-Dalton (édité aux Presses De La Cite), au carrefour du récit apocalyptique et de l’aventure spatiale.

"La Route" VS "Gravity"

Scientifique vivant avec sa toute jeune fille Iris en Arctique, Augustine (George Clooney) découvre que notre planète est condamnée par une catastrophe imminente. Ils partent ensemble dans le désert polaire pour rejoindre une puissante antenne qui leur permettra d’avertir l’équipage d’un vaisseau spatial de ne pas revenir sur Terre, alors que leur mission a découvert une planète d’accueil pour l’humanité.

Sonnette d'alarme environnementale et écologique, récit initiatique, et space opera, sont les ingrédients d’un film de science-fiction alarmiste qui garde une lueur d’espoir. La première partie s’attache au périple d’Augustine et sa fille Iris, qui rappelle La Route (John Hillcoat, 2009), d’après le best-seller de Cormac McCarthy, dans l’enseignement que donne un père à son enfant dans un monde en déliquescence. La seconde évoque Gravity (Alfonso Cuaron, 2013) dans les multiples avaries que subit un vaisseau spatial en proie à une déflagration cosmique, à laquelle doit faire face l’équipage.

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi