Violences policières et émeutes, une histoire qui se répète aux Etats-Unis

·5 min de lecture
Des émeutes à Minneapolis

Alors que Minneapolis est en proie à des émeutes suite à la mort d’un Noir américain lors d’une arrestation, d’autres cas similaires ont mené à des émeutes importantes aux Etats-Unis, ces dernières années.

Des émeutes de Miami en 1980 à celles qui touchent actuellement Minneapolis, toutes ont le même point de départ : une bavure policière dont la victime est un Noir américain. Et dans de nombreux cas, les policiers ne sont pas poursuivis, ce qui attise la colère des proches de la victime. Face à la répétition de ces drames, le mouvement “Black Lives Matter”, “la vie des Noirs compte”, est né en 2013.

Miami, 1980

Le 21 décembre 1979, Arthur McDuffie, un agent d’assurances noir-américain, décède suite à ses blessures après quatre jours d’hospitalisation. À moto, il était poursuivi par la police pour excès de vitesse et conduite sans permis. Selon les policiers, il a perdu le contrôle de la moto et une bagarre éclate avec les policiers lors de son interpellation. Mais, selon le médecin légiste, Arthur McDuffie souffre d’une fracture du crâne et ses blessures ne sont pas compatibles avec un accident de moto. Pour lui, il a été battu à mort. Les policiers auraient ensuite délibérément écrasé sa moto pour faire croire à un accident. Malgré cela, les quatre agents poursuivis sont acquittés en raison de témoignages contradictoires, le 18 mai 1980.

À LIRE AUSSI >> Que se passe-t-il à Minneapolis ?

C’est le point de départ d’importantes émeutes raciales à Miami, qui durent plusieurs jours. Des magasins pillés et incendiés. Le couvre-feu est déclaré au bout de deux jours, la garde nationale appelée en renfort. Le bilan est de 18 morts, plusieurs centaines de blessés, et plus d’un milliard de dollars de dégâts. Des mutilations sur des cadavres sont même relevées, rapporte Le Monde.

Los Angeles 1992

Un incendie lors des émeutes de Los Angeles, en 1992.
Un incendie lors des émeutes de Los Angeles, en 1992.

Le 3 mars 1991, un Noir américain, Rodney King est poursuivi pour excès de vitesse. Après une course-poursuite de plusieurs kilomètres, ivre, il est arrêté, mais refuse de sortir du véhicule. Il finit par être tabassé par plusieurs policiers. Le passage à tabac est filmé par un habitant. La vidéo permet de décompter 56 coups de bâton. Rodney King est emmené à l’hôpital, cheville et mâchoire cassée, et reçoit 20 points de suture. Un an plus tard, lors de leur procès pour “usage excessif de la force”, les quatre policiers sont acquittés, le 29 avril 1992.

Le soir même, des tensions apparaissent à Los Angeles. Durant six jours, de violents heurts opposent les émeutiers aux forces de l’ordre. Un couvre-feu est finalement instauré, la garde nationale est déployée sur place, le calme revient peu à peu. Bilan : plus d’une cinquantaine de morts, plus de 2 300 blessés, des milliers d’arrestations et des dégâts colossaux. On dénombre plus de 1000 bâtiments détruits, pour un coût estimé entre 800 millions et un milliard de dollars. Seattle, Sans Francisco, Las Vegas, et New York sont également le lieu de tensions, moins importantes toutefois qu’à Los Angeles.

Ferguson, 2014

"Mains en l'air ne tirez pas". Un manifestant à Ferguson, après la mort de Michael Brown, tué par un policier alors qu'il avait les mains en l'air.
"Mains en l'air ne tirez pas". Un manifestant à Ferguson, après la mort de Michael Brown, tué par un policier alors qu'il avait les mains en l'air.

Le 9 août 2014, Michael Brown, un afro-américain de 18 ans, est abattu de six balles par un policier blanc, alors qu’il n’était par armé. Le policier affirme avoir agi en état de légitime défense, tandis que des témoins disent que Michael Brown avait les mains en l’air lorsqu’il a été abattu.

Une veillée est organisée en son hommage, mais elle dégénère. Des commerces sont pillés, des véhicules dégradés alors que la police peine à intervenir. Les troubles durent plusieurs nuits, avant un retour au calme. Plus d’une centaine de personnes sont interpellées. Les mois suivants, des manifestations, pacifiques, sont organisées. Le policier n’a pas été poursuivi.

Baltimore 2015

Des émeutes à Baltimore, suite à la mort de Freddie Gray, en 2015.
Des émeutes à Baltimore, suite à la mort de Freddie Gray, en 2015.

Freddie Gray, 25 ans, est arrêté le 12 avril 2015, accusé d’être en possession d’un couteau. Des images de son arrestation, tournées par des témoins, le montrent hurlant de douleur et visiblement blessé, maintenu à terre par la police, avant d’être trainé jusqu’au fourgon. Une semaine plus tard, le 19 avril, il décède de ses blessures, dont des cervicales brisées et la trachée écrasée.

Après plusieurs jours de manifestations pacifiques, le 25 avril, des heurts éclatent. Un couvre-feu est imposé, l’état d’urgence déclaré. Des centaines de véhicules sont incendiés, des commerces vandalisés. La garde nationale est appelée, et au bout de plusieurs jours, des manifestations pacifiques prennent le relais des heurts. Aucun policier impliqué dans la mort de Freddie Gray n’aura été condamné.

Minneapolis 2020

La mort de George Floyd, Noir américain de 46 ans, suite à son arrestation déclenche des émeutes dans la ville. Son arrestation, filmée, montre les policiers l'immobiliser avec un genou sur le cou. On entend la victime dire “Je ne peux pas respirer". Les quatre policiers impliqués ont été limogés, mais aucune poursuite n’a encore été engagée contre eux.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.