Darmanin lance une enquête sur des dîners clandestins à Paris, où des ministres sont accusés d'y avoir participé

Samuel Kahn
·3 min de lecture
Plus de 3.000 restaurants
Plus de 3.000 restaurants

Ce sont des propos prononcés par un "collectionneur renommé", organisateur de dîners clandestins, dans un reportage diffusé vendredi soir sur M6, qui suscitent beaucoup d'interrogations. L'homme, dont l'identité reste à confirmer, affirme avoir "dîné cette semaine dans deux ou trois restaurants, qui sont justement des restaurants soi-disant clandestins avec un certain nombre de ministres".

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Des faits non vérifiés mais qui suscitent déjà l'indignation, alors que les restaurants doivent rester fermés dans le cadre des mesures de lutte contre le Covid-19, et leurs clients, se contenter de vente à emporter. Et qui ont conduit la préfecture de police de Paris, comme l'a appris l'Agence France-Presse (AFP), à ouvrir une enquête à la demande du ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Dans ces images filmées en caméra cachée dans un lieu présenté comme "un restaurant clandestin situé dans les beaux quartiers", il est possible de distinguer des participants et des serveurs qui ne portent pas de masques et ne respectent pas les gestes barrières. La chaîne s'est aussi procuré des séquences d'une soirée payante, où des dizaines de convives apparaissent sans masque, certains se faisant la bise, avant de partager des menus à base de caviar et de champagne.

Interrogée sur ces accusations lors du Grand Rendez-vous d'Europe 1, la ministre chargée de la Citoyenneté Marlène Schiappa a indiqué ce dimanche qu'elle n'avait "absolument pas" participé à ces dîners. En revanche, elle a estimé que "si des ministres ou des députés ont enfreint des règles, il faut qu'ils aient des amendes et qu'ils soient pénalisés comme n'importe quel citoyen".

Même son de cloche chez le ministre de l'Economie Bruno le Maire, invité du Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI. "Il n’y a de passe-droits pour personne", a-t-il insisté avant de poursuivre: "Je serais curieux que ce restaurateur donne le nom des ministres."

Pour le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal, il est impensable que des ministres aient participé à ces dîners. "Je [n'y] crois pas une seconde", a-t-il déclaré à l'antenne de LCI. "Un membre du gouvernement, un responsable politique, n'est pas n'importe quel citoyen. Il y a un devoir d'exemplarité, on en est tous conscients."

Gérald Darmanin demande une enquête

Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin est également monté au créneau. "A la suite du reportage de M6, j’ai demandé au Préfet de police de Paris de vérifier l’exactitude des faits rapportés afin, s’ils sont vérifiés, de poursuivre les organisateurs et les participants de ces dîners clandestins", a-t-il déclaré sur Twitter. Sans se prononcer sur les accusations visant des membres du gouvernement.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Un vœu partagé par un certain nombre d'utilisateurs du réseau social, qui ont posté en masse le hashtag #OnVeutLesNoms. Quant à l'identité de l'organisateur des dîners, beaucoup d'entre eux ont cru reconnaître dans les images de M6 le Palais Vivienne, un luxueux bâtiment situé dans le deuxième arrondissement de Paris, propriété du collectionneur et ancienne star d'Affaire conclue, Pierre-Jean Chalençon.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

"Totalement faux et calomnieux...!" a rétorqué ce dimanche matin le principal intéressé sur Twitter.

Article original publié sur BFMTV.com